Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 10:52

Si vous discutez entre amis à propos de la physique et de ses "espérances", rapidement la conversation dérivera sur le voyage espace-temps.

Alors, si vous vous intéressez un peu plus profondément à la question, que vous consultez les manuels, le constat devient très vite alarmant: la physique espace-temps est encombrée de 2 éléments gênants apparemment irréductibles: les masses et les charges électriques. Car ces 2 éléments ne semblent pas se réduire à des quantités spatiales ou temporelles... mais se combinent quand même avec les secondes et les mètres pour former anarchiquement les concepts de "force", d 'interaction, d'énergie, de puissance, de permittivités électrique, de perméabilité magnétique.. !

Chapitre 1 du manuel du voyage espace-temps

Mais comment faire pour aller sur Mars en quelques minutes ? Patience..

Après 20 ans de recherche (plutôt opiniâtre qu'intensive), l'irréductibilité de la masse grave et de la charge électrique d'un corps s'est effondrée grâce à 2 découvertes évidentes sur leur définition: elles sont les expressions de leur quantité de matière, et non l'inverse.

Or la matière elle-même n'a d'autre formule espace-temps qu'en mètres-cubes. La matière est une topologie de l'énergie fondamentale qui elle-même fabrique ses propres modalités, suivant son utilisation.

Transformation de la masse en unités espace-temps

"Une accélération se calcule par unité d'espace / temps2; et la gravité terrestre (g) est aussi une accélération en e / t2 . Suivez bien le parcours, le raisonnement.

Si la "force de gravité" qui interagit entre un corps et la planète Terre, est égale à

 

 

 

alors, c'est bien connu, l'accélération elle-même devient

= mètre / sec²;

Pour égaliser ces 3 fonctions, il faut  que le carré du Rayon soit en mètre², la masse en mètre3 , et G en 1/ sec² !

Occupons-nous aussi de transformer les charges électriques en unités espace / temps: ..

Transformation de la charge électrique en unités espace-temps

Dans leurs formidables conclusions analytiques, des électriciens comme Faraday, Volta, Ampère ... ont défini comme ils pouvaient les "potentiels" qui traduisent les mouvements et influences de l'électromagnétisme, ainsi que les "charges" basiques des "particules" comme les électrons, les protons, etc.. Mais qu'est-ce qu'une charge ?..Curieusement, le Comité international des poids et mesures a d'abord défini un potentiel, l'ampère avant même celui de la charge: le coulomb: l'encadré qui suit est tiré de Wikipedia/cliquez ici

 

 

Relisez bien ce qui précède, parce qu'il vaut son pesant d'or: l'ampère est un courant mesuré par une force mécanique:  selon le principe d'équivalence...

...exactement comme pour les masses, la force électrique (ici en répulsion sur cette image)  F = k . Q1.Q2 / d²  est valable si Q1 et Q2 sont en mètres3, d² en mètres2et k en 1 / sec²

Donc, le coulomb, s'il représente l'aspect électrique d'une quantité de matière, s'exprime néanmoins lui aussi en mètre!

Nous pouvons donc tirer la conclusion de ce premier chapitre: tout peut en revenir aux unités espace-temps, parce que la physique du magnétisme dérive des unités de charge électrique.

Transformation de la résistance hydraulique en unités espace-temps

La résistance se calcule en ohms en électricité; mais ce que l'on sait moins, c'est qu'il s'agit curieusement de la même chose dans le domaine hydraulique.

Lorsqu'un fluide s'écoule à l'intérieur d'une canalisation, il subit une perte de pression qui se calcule de cette manière (voir image à droite): la diff. de pression est égale à 8 fois la viscosité (n) x le débit Q x la longueur du conduit L, le tout divisé par ("pi" x rayon4 du conduit). C'est la loi de Poiseuille.

Mais cette perte de pression provient de la viscosité (n = volume x résistance) et cette résistance est celle de la topologie du mouvement fluidique (vitesse / section)

Résistance hydraulique ou topol. : Rés : vitesse / section =  (mètre/ sec) / (mét²) = 1 / m. sec

Nous voyons ici que la résistance topologique possède les mêmes unités (ohms, en 1/m.sec) qu'en électricité. Certains disent que la résistance hydraulique est due aussi à un frottement visqueux entre les lames du liquide, mais il faut d'abord la résistance topologique. 

Vérifions par un exemple: celui de la loi de Poiseuille pour le débit cardiaque..

...nous voyons sur cette image  que le débit cardiaque DC (débit du sang dans les artères) se calcule par DC = P / R  (pour P = Pression et R = résistance); l'analyse dimensionnelle nous prouve que cette formule est exacte:

Débit (en mètre3 / sec) =  Pression en ( mètre2 / sec2) / Résistance (en 1 / mètre.sec)  ! 

En électricité, on dira également que le débit de charges I (ampérage) est égal à la pression (voltage, tension) divisée par la résistance : I = Volt / résist.

Chapitre 2 du manuel 

Transformons alors les 70 premières formules de la physique en les réduisant à leur plus simple expression, afin de pouvoir nous diluer plus tard dans cet espace-temps que nous voulons traverser...

Potentiel ou charge   Formulat. neuve esp./ t.   Unité phys.habituel.    Formule/ Désign

Espace s'exprime         en  m   par définition           Mètre

Temps  s'exprime         en sec  par définition          Seconde

Fréquence                    en 1 / sec                           Hertz

Vitesse s'exprime          en  m / sec 

Gradient de vitesse       en  1 / sec                          Seconde inverse

Résistance hydrauliq.   en   1 / m.sec                      Vitesse / section

Accélération                  en  m / sec2

Charge (Masse)            en m3                                              Kilogrammes

Volume                          en m3                                              Litre

Masse volumique          sans dimension                   Masse / vol              désigné par "rhô"

Débit hydraulique          en m3 / sec                          Vol / sec

Pression                        en m2 / sec2                         Pascal

Force                             en m4 / sec2                                Newton

Energie                          en m5 / sec2                            Joule

Densité d'énergie           en m² /sec²                         Joule/ m3

Puissance                      en m5 / sec3                                 Watt

Potent.de Planck            en m5 / sec                         Joule.sec

Potentiel grav.                 en m² / sec²                                                       désigné par "phi"

Viscosité dynamique      en m2 / sec                         Pascal.sec                 désigné par "êta"

Viscosité cinématique    en m2 / sec                         Stokes (cm2 /sec)       désigné par "nu"

Charge électrique          en m3                                           Coulomb

Intensité élec.                 en m3/ sec                          Ampère ou Coul./ sec

Tension élec  V              en m2 / sec2                                  Volt

Résistance élec.             en 1 / m.sec                        Ohm

Résistivité  élec.             en 1 / sec                             Ohm.mètre

Permittivité électr            en sec2                                Farad / mètre           désigné par "Epsil." 

Conductance  élec.        en sec. m                             Siemens                  Inverse de résistance

Conductivité élect.          en sec                                 Siemens / mètre      Inverse de résistivité

Capacité électrique        en m / sec²                           Farad 

Flux électrique               en  m3 / sec2                         Volt . mètre

Champ élect. E              en  m / sec2                           Volt / mètre

Champ magnét. B          en  1 / sec                            Tesla                         Induction magnét.

Champ magnét. H (flux) en m2 / sec                          Ampère / mètre         Excit. Magn. Appl

Inductance magnétiq.    en 1 / m                                Henry

Peméabilité magnet.       en 1 / m2                              Henry/ mètre            désigné par "Mu"

Viscosité magnétique      en 1 / sec                            Siem. / m / Tesla²      secteur MHD

Charg. magn (inconnue) en m3

Mom. (dipol) magnét.     en m5 / sec                         Joule / Tesla

Mom. dipol. électrostat   en m4                                  Coulomb. mètre

Mom. dipol. gravitation.  en m4                                  Kilog. mètre

Moment cin. ou angul.   en m5 / sec                            Kilog. mèt2  / sec

Moment inertie               en  m5                                 Kilog. mèt2                Symbole: J

Moment de force            en m5 / sec2                        Newton. mètre

Couple                           en m5 / sec2                         Joule                       Mom.inert. x acc ang

Résonance cyclotron     en 2.pi / sec                                                        désigné par "oméga"

Rapport gyromagnét.    sans dimension                    Coulomb / kilogr      désigné par "gamma" 

Dens. flux onde radio     en m3 / sec2                        Jansky                     (en proven. Galaxie)

Flux induc.élec-magnét. en m2 / sec                          Weber

Induction électro-m./ m²  en 1 / sec                            Tesla

Densité rayo. lumineux   en m3 / sec 3                         Watt/ m²

Charge lumin. (inconnue)  en m3

Densité de flux élect.      en mètre                              Coulomb/ m2         induction électrique

Raideur ressort              en m3 / sec²                                                     Force/ allong. désign: K 

Contrainte cisaillem.       en m² / sec²                                                     Force / aire

Amplitude sonore            en m2 / sec2                         Pascal                Pression acoustique

Intensité acoustique        en m3 / sec3                        Watt / m2             Press x vit. de l'onde

Impédance acoustique    en m / sec                                                     Z = pres acou / vit. onde

Puissance acoustique      en m5 / sec3                         Watt

Débit sonore (inconnu)   en m3 / sec   

Résis. acous. (inconnue) en 1 / m. sec

Charge sono. (inconnue)  en m3                              Phonon               charge pré-protonique

 

 

Chapitre 3 du manuel

Dès que les formules de la physique se retrouvent en "qualités croisées de l'espace et du temps", l'on s'aperçoit que l'on peut créer des "classes d'équivalence"; l'importance de ce nouveau filtrage apparaît très rapidement comme la réponse éventuelle à un fol espoir venu de la nuit des temps:  peut-on faire fusionner toutes les formules pour passer d'un bond, par exemple, du secteur électrique au secteur hydraulique, du secteur mécanique au secteur magnétique, etc..

Prenons des exemples.. :

La classe des tensions : en m² / sec² : c'est la dimension de la pression mécanique (résultat d'une force/ surface, autrefois en Pascals), de la tension électrique (dif. de potentiel, autrefois en volts), de la densité d'énergie (autrefois en Joules / mètre3), du potentiel gravitationnel (Phi), de la contrainte de cisaillement (Force/aire) et même de l'amplitude sonore (autrf.en Pascal), de l'accélér. hauteur de pente. sinus angle (g h, en én.pot. Mgh), etc

La classe de Planck : en m5 / sec : c'est la dimension du moment cinétique (ou angulaire, autrefois en Joule.sec) et du moment magnétique (en Joule/tesla).

La classe des viscosités : en m² / sec : c'est la dimension du champ H (d'excitation) magnétique (autr. en ampère / m), de la viscosité dynamique (autref. en Pascal.sec), de la viscosité cinématique (en Stokes: cm²/sec), du flux d'induction électromagnétique (autref. en Weber)..

La classe des résistances: en 1/ m .sec : c'est la dimension de la résistance électrique (autref. en Ohm), résist électromagnétique (champ élect / champ magnet), la résistance fluidique (ex: artérielle: pression / débit); sur une pente, la résistance au mouvement d'un vélo qui gravit est égale à g / [vit du vélo .hauteur unitaire (1m) .sinus angle de pente]

La classe des débits: en m3 / sec: c'est la dimension du débit hydraulique (volume/sec), de l'intensité ou courant électrique (débit de charges, en ampères). Toute tension ou pression, divisée par une résistance à un mouvement, donne un débit.

 

 

A suivre, article en construction.

Repost 0
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 16:56

         A notre époque, l'intelligence humaine, se sent forcée de désigner chaque particule, onde, potentiel et interaction par un mot précis.

Chaque désignation sur un "sujet" de la physique devient donc un "objet" qui est comme le caillou qui ricoche à la surface de l'eau: il sera renvoyé d'autant plus durement à notre intention de le voir au-dessus de l'eau, que l'on s'approche de l'infiniment petit.

Cette modélisation d'un "trou noir"  de Kerr a été reprise dans le cadre de l'étude du spin composite, parce qu'elle illustre très bien la "pulsation" et l'impact de la "présence" d'une particule -quelle qu'elle soit : électron, nucléon..-  sur le champ de base analogique au potentiel de la constante de Planck.

Potentiel: en principe, toute association mathématique de trame [espace, temps]

Constante de Planck (h) :  association [espace, temps] en mètre5/ sec

Champ de Planck (Energie x sec.) : support uniquement composé de potentiel énergie.temps dans lequel baigne toute élément constitutif de notre réalité; nous verrons que sa définition mathématique en mètre5 / sec peut se réduire en 1/ sec2 (fréquence carrée).

La première chose que nous apercevons sur l'image ci-dessus, c'est que ce n'est pas la particule-au-fond-du-panier  qui  "impacte" le champ de Planck : c'est le champ lui-même qui se tord pour constituer la particule.

La seconde observation, c'est que l'existence même de cette particule est liée à la fréquence de sa "propre apparition" : la moitié du "temps", la particule existe, l'autre moitié du temps, c'est son reflux qui existe dans le champ porteur (qui conservera sa trace pour la répliquer: et c'est là l'intérêt de cette étude..)

La particularité de notre monde de perception, c'est que les 2 modes d'existence de la particule (présence + reflux, corpuscule + onde) coexistent au même "moment".

Attention, avant d'aller plus loin, il faut vous conformer aux unités dimensionnelles de la physique nouvelle, ou cet article sera sans intérêt. Les masses, charges électriques et induction magnétique, champ de Planck,.. sont tous décrits uniquement en données espace-temps. Cliquez ici

Reprenons l'idée que les particules sont à la fois leur propre "quantité de matière" et aussi leur emprunte dans le champ de Planck.

Cette image ci-contre symbolise dans la hauteur (du cône) que le spin d'une particule est composée verticalement de temps en rotation; et dans son étalement de surface, nous voyons que le spin est composé "d'espace incurvé".. Pour que l'onde temporelle montante, emprisonnée dans la "forme" de la particule, devienne "espace", il est nécessaire qu'elle soit soumise à une réfraction.

Le "temps du spin" est en fait son propre inverse: son unité est l'anti-seconde, et son rythme est une "fréquence", qu'il est préférable de nommer : pulsation (en oméga / seconde).

L' "espace du spin" est en mètre5, et il est encore difficle de comprendre pourquoi le champ de Planck possède un si grand nombre de dimensions spatiales réfractées

La troisième observation se situe ailleurs..

La vitesse et donc l'énergie du spin peut-elle être augmentée ? Oui, en résonance magnétique nucléaire, dont nous allons parler un peu ici: 

Il existe un nombre en RMN, sans dimension associée, que l'on appelle "rapport gyromagnétique" et très intéressant pour l'augmentation du spin 1/2 du proton d'hydrogène par utilisation d'un champ magnétique orienté, et parfois d'un champ tournant associé.

Voici la définition de ce nombre, selon Wikipedia, exprimée de 4 façons différentes.. et pour le moins ahurissantes: En physique, le rapport gyromagnétique est le rapport entre le moment magnétique et le moment cinétique d'une particule. Son unité dans le Système international est le coulomb par kilogramme (C⋅kg−1). En pratique, on donne souvent gamma / 2 pi, exprimé en mégahertz par tesla (MHz⋅T−1).

Reprenons:

Gyromagnétisme : relation entre un mouvement circulaire et magnétisme
Moment magnétique et moment cinétique: relation entre influences périphériques à un même système axial
Coulomb par kilogramme : relation entre masse et charge électrique
Mégahertz par Tesla : relation entre fréquence et induction magnétique


La résonance magnétique nucléaire et l'étude du gyromagnétisme indique très nettement que le spin d'une particule n'est sensible qu'au champ magnétique (actuellement) pour augmenter son énergie de rotation, ce qui semble bien montrer que les 5 dimensions de temps du champ de Planck n'ont pas d'incidence sur la possibilité d'acquérir DIRECTEMENT de l'énergie.

Oui mais quelle "énergie" dans ce cas ?

Un champ magnétique tournant appliqué au spin du proton, en RMN, n'est PAS une énergie en esp5/Temps2, mais sa dimension magnétique est en Tesla. Le tesla est de dimension 1/ Temps, identique à la fréquence temporelle ! Curieux, non ?

Autrement dit tout corps ne serait bien constitué que de fréquences de temps, PARCE CE QU IL NE PEUT RECONNAITRE QUE CELA; ces fréquences apportant de "l'énergie de rotation" sont audio ou électromagnétiques, qui peuvent d'ailleurs coïncider parfaitement dans leur expression (kilohertz, megahertz et gigahertz des 2 côtés. La coïncidence audio/ E-M est la raison pour laquelle votre cornet de téléphone fixe peut transformer et envoyer votre voix ou la recevoir).

A suivre

Repost 0
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 10:27

C'est en partant d'une idée intéressante -promulguée par le physicien Bernard Schaeffer - que l'on peut se de mander si l'interaction nucléaire "forte" , qui caractérise les liaisons atomiques (de la "masse") à l'intérieur du rayon de Van der Waals n'est simplement pas uniquement électromagnétique.

Qu'est-ce qu'une interaction ? Imaginons que vous serriez la main de quelqu'un, sans la lâcher: vous tirez d'un côté, et lui, de l'autre. Il s'agit de la même force exercée au centre par les 2 parties: c'est cela, l'interaction !

Maintenant, imaginez que tous les deux, vous vous mettiez à tourner autour de ce (bary)centre, et vous obtenez le modèle des 4 différentes interactions classiques: gravitationnelle (une planète qui attire son Soleil, le Soleil qui attire la planète), électro-magnétique (les charges électriques s'attirent et se repoussent et pareillement pour l'aimantation), et les deux "forces couplées" nucléaires (faible et forte: nous allons en parler ci-dessous).

Ci-dessus: un modèle de représentation de l'atome, avec sa propre fréquence vibratoire, son "cratère d'impact énergétique", sa crête de basculement et sa dualité de spin; crop circle 2016

 

Pour en revenir à Bernard Schaeffer, son idée principale est la suivante:

"Le mystère
de la force dite forte est éclairci en appliquant tout simplement l'électromagnétisme sans mouvement orbital hypothétiqueL'énergie de liaison nucléaire serait donc d'origine électromagnétique et non d'origine indéterminée. Si ce n'était pas le cas, comment la force dite forte pourrait-elle apparaître à partir de photons, typiquement électromagnétiques, lors d'une matérialisation en électrons et antiélectrons ou, éventuellement, en protons et antiprotons? La masse elle-même pourrait être d'origine électromagnétique selon la formule E = m c² = hν reliant la masse à l'optique, donc à l'électricité."

 

 

Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 17:06

Les 4 constantes de couplage sont habilement calculées et représentées ici sur leur interaction respective, tiré de ce site: cliquez ici . 

Ci-dessus, cette magnifique page 10, venue du PDF de Luc Louys, professeur de physique à l'ULB, est une représentation rare des calculs qui amènent à trouver la valeur absolue et comparative des constantes de couplage pour les 4 interactions fondamentales.

En physique, les interactions sont de forces qui semblent "s'associer" entre elles: par exemple: 2 objets vont s'attirer en multipliant leur force de gravité, correspondant à leur masse: l'un agit sur l'autre et inversément.

Ci-contre, cette image qui montre + ou - ce jeu d'enfants qui consistait à se tenir par les 2 mains au centre, en tournant, interactivement.

Mais vous remarquerez (peut-être) que, pour que le potentiel de la constante de la force nucléaire forte soit égal au nombre sans dimension: 1, il faut écrire la formule 
F.F / h "barré". c^3 = 1 ... autrement dit F . F . ε0. μ0 / h "barré" . c = 1 

Pareillement, pour que le potentiel de la constante de la force nucléaire faible soit égal à 10^ - 14, il faut écrire la formule 
f. f / h "barré". c^3 = 10^-14, autrement dit f. f . ε0. μ0 / h "barré" . c = 10^ -14 



Bon, voilà, il s'agissait (selon mon point de vue) de réparer 2 formules du PDF de Luc Louys: "Interactions fondamentales et particules élémentaires", pour respecter l'homogénéité dimensionnelle des constantes de la force nucléaire faible et forte, qui intéressent beaucoup de gens! 

Repost 0
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 22:37

Salut les p'tits loups, 

C'est votre casse-planètes préféré qui revient avec du neuf ! comme vous le savez, en passant par des souterrains très troubles, je revérifie inlassablement les formules des bons vieux électriciens et électroquanticiens du 19ième et du 20ième siècle (Faraday, Maxwell, ..); et il y aurait un truc qui me chiffonne en ce moment. 

En voulant étudier le rayonnement dipolaire électrique et sa propagation curieuse dans l'espace (sa puissance ne se divise que par le rayon en longueur, au lieu du rayon cube), on me renvoie aux formules de Larmor, qui sont les suivantes, dans les systèmes SI et CGS 

Oups: j'allais oublier de donner les valeurs correspondantes: P = Puissance, a = accélération (esp/temps²), q = charge électrique, epsilon = permittivité, 0 = du vide, c = vitesse de la lumière, pi = 3,1415.. 

Si vous êtes capables de revérifier les unités de ces 2 formulations qui devraient être censément identiques au final, l'on s'aperçoit qu'en unités SI, il s'agit bien d'une puissance P, mais qu'en CGS, les unités sont celles des joules. seconde... autrement dit, ces dernières sont celles d'un moment cinétique quelconque. 

Vérification dans cet article / cliquez ici.

Pourquoi le système CGS se permet-il de supprimer la permittivité du vide (epsilon 0), alors que ce système n'est qu'un sous-multiple de SI ? 

Faut vraiment avoir envie de faire des maths ou de la physique, pour répondre à ce message... Intéressé par ce défi ?

 

Repost 0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 16:44

Ce qui suit est une "façon de voir les choses", mais l'on peut dire qu'il existe 4 associations entre les interactions "habituelles" (électrique, magnétique, grave ) ; mais curieusement, le mouvement intervient partout. 

1. La précession de Larmor : c'est une association résonante entre la précession du moment cinétique "L" (donc rotation de la masse) d'une particule et le champ magnétique "B" appliqué. 

 

 

 

 

 

2. La résonance cyclotron : c'est une association entre magnétisme et électricité ( et entre magnétisme et électromagnétisme, par voie de conséquence ). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3. Le diamagnétisme : c'est une association résonante qui consiste, pour des matériaux, lorsqu'ils sont soumis à un champ magnétique, à créer une très faible aimantation opposée au champ extérieur. 

 

 

 

 

 

 

 

4. L'ionisation : résonance entre un rayonnement E-M (ex: radioactivité) et une masse atomique 

 

 

 

 

 

Vous en voyez d'autres ? A part la force de Lorentz, que je placerais volontiers dans la résonance cyclotron ? 
Est-ce que vous êtes d'accord avec cette nomenclature d'effets entre masses, électricité et magnétisme ?

Repost 0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 14:14

Bonjour à tous,

En 1904, Hantaro Nagaoka, qui travaillait sur une représentation du modèle atomique, avait prévu que le proton serait très massif et les électrons, très peu "lourds", orbitant autour de lui sur le modèle de Saturne et ses anneaux, électrons maintenus par des forces électrostatiques.

Puis Rutherford, après lui, a amélioré ce modèle, remplaçant la comparaison par le modèle du Soleil et des planètes, modèle théoriquement plus juste puisque les planètes ne peuvent se toucher, comme les électrons.

En très peu de temps, Niels Bohr a amélioré ce modèle en précisant qu'un électron peut passer d'une couche à une autre en émettant un quantum d'énergie: le photon.

 

[b]Ci-dessous: schématisation du modèle circulaire de l'atome de Bohr
[/b]
[bleu]Jusqu'ici tout va bien... Mais ces 2 derniers illustres personnages se sont contentés de reprendre le concept de Nagaoka, selon lequel "les électrons sont maintenus en place par des forces électrostatiques" (Bohr a ajouté: forces centripètes).[/bleu] 

 

 

 

 

Cela revient à dire que les bananes sur le bananier sont maintenus par des forces bananiques !

Et ce qui a aggravé le maintien de cette Lapalissade incroyable, c'est le fait que les physiciens eux-mêmes ont abandonné le modèle atomique planétaire de Rutherford et de Bohr, par le modèle quantique qui prétend que l'on ne peut déclarer que les électrons tournent, puisqu'on ne peut dire où ils se trouvent à un instant donné !

Ainsi, la porte était ouverte à l'abandon de toute recherche sur l'origine du paradoxe du maintien des électrons sur leur orbite respective, alors même que l'on s'apercevait qu'ils ne subissent pas d'accélération centrifuge (car un électron en accélération "artificielle", se met à "briller", et en conditions normales, il ne brille pas).

[bleu][b]Où est passé le quantum d'énergie de l'électron correspondant à l'accélération sur son orbite ?[/b]
[/bleu]
On ne peut traduire l'absence de quelque chose par la présence de quelque chose d'autre que l'on a pas défini (.. la force électrostat.).

Repost 0
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 20:56

Deux corps célestes, tournant autour du Soleil, comme Pluton et Neptune, arrivent à s'accorder mutuellement pour effectuer des orbites "comparatives"; exemple:  pendant que Neptune fait 3 tours, Pluton en fait 2.

Cet accord mutuel est appelé "résonance". Et jusqu'ici, tout va bien.

Mais entre Mars et Jupiter se trouvent des milliers de corps célestes qui forment la "ceinture principale d'astéroïdes". Et tous ces "petits" objets largués dans l'espace, se mettent aux aussi à "résonner" avec Jupiter, parce que l'influence de cette planète est gigantesque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous voyons sur ce graphique que la Ceinture Principale d'Astéroïdes part d'une distance du Soleil de 2,1 unités astronomiques jusqu'à environ 3,3 u.a., pour se concentrer (hauteurs jaunes) en certains endroits, et pas du tout à d'autres endroits (les creux, à2,5 ua, 2,8 ua..).

Là où il semble ne rien exister, là où dans la ceinture d'astéroïdes on ne voit que des vides circulaires, on appelle ces endroits les "lacunes de Kirkwood"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous voyons ci-dessus, dans les anneaux de Saturne, ces orbites noires (vides) qui font penser de la même façon aux lacunes de Kirkwood dans la ceinture d'astéroïdes.

L'explication serait que, là où la planète Jupiter résonne le plus avec les petits objets célestes, se créent des "lacunes" de où ces objets sont expulsés.

Pourtant, et c'est l'objet de cette page, ces vides circulaires sont malgré tout parfois "habités" par de curieux groupes de météores, qui quittent régulièrement la ceinture, traversent l'orbite de Mars, et viennent frôler la Terre de très près, puis repartent reprendre leur place.

L'un de ces ensembles s'appelle "groupe d'Alinda" et un autre, le "groupe de Griqua".

Il n'est pas encore venu à l'esprit des scientifiques que ces groupes pouvaient être en résonance non seulement avec Jupiter, mais aussi avec la Terre, et qu'il existerait un "verrouillage" orbital excentrique pour effectuer ce va-et-vient constant entre la Terre et la ceinture, exactement comme cette boule de flipper coincées entre 2 répulseurs, va et vient d'un côté à l'autre.

 

Voir le lien ci-dessous, cliquez dessus:

https://www.youtube.com/watch?v=6fsQwqh6rzs

Cela signifie 2 choses, 2 postulats que l'on peut tirer de tout cela: soit il y a un échange d'énergie, parfois très concret, entre les planètes (résonances des puits gravitationnels), soit une répulsion existe entre 2 planètes distinctes (et dans ce cas les Alinda et les Griqua possèdent une peu de matière des 2 astres: Jupiter et Terre, pour ne jamais vraiment fusionner avec l'un ou l'autre.

Repost 0
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 12:39

Bonjour tout le monde, 

http://giphy.com/gifs/gel-ballistics-sonoluminescence-2N8CCwJQnwuqc

Cliquez sur le lien ci-dessus;

voici les images d'une manip "au revolver" qui mérite son pesant de cacahouètes. 

 

 


Tout commence, ô mes frères, par une balle d'arme à feu tirée dans ce "pain" de gélatine.

Le  choc à l'intérieur crée ni plus ni moins qu'un vide dépressionnaire, qui gonfle, gonfle, tout en étant complètement dépourvu de gaz, et qui "s'effondre" ensuite en 1/30 millième de seconde.


Et qui produira (oh, miracle!) une lueur sonoluminescente de 1ère catégorie ! (voir ci-dessous)

 

 

Mais cette bulle qui s'effondre AVANT toute création d'un gaz quelconque, en produisant une lueur apocalyptique (dans ce si petit volume d'environ 1 litre), nous indique qu' il s'agit de la contraction unique et solitaire de l'énergie du vide ! 



 

 

 

Au fait, en regardant le fichier GIF animé d'origine (voir le lien http au début de cette page; si vous ne le captez pas, je vous l'envoie par mail) plusieurs fois, vous obtiendrez d'autres conclusions sur cette manip incroyable de simplicité: par exemple: "au plus un choc est appliqué violemment à une forme et au plus cette forme est composée de masse homogène non-résistante (la plus fluide possible), au plus elle a tendance à faire disparaître et renvoyer l'énergie acquise, pour ne pas se déformer" ! [extension de l'effet ricochet] .

En conclusion, la sonoluminescence n'est pas causée par une destruction d'atomes de gélatine ou autre chose, elle n'est pas le produit final d'une fusion nucléaire, ni ne constitue un plasma que l'on trouverait d'ordinaire dans l'espace.

La sonoluminescence est issue de la contraction du vide, imprimée par un choc énergétique, qui produit un ballonnement dans une forme, ballonnement (vide) qui s'effondre ensuite sur lui-même jusqu'à atteindre un volume nul, mais infiniment chaud...

 

Feyd Harkonnen

Repost 0
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 10:06

Bonjour tout le monde,

Pour apprivoiser ce sujet, il faut se souvenir que le flux ou écoulement d'un liquide se fait.. d'une "porte" d'un conduit à une autre "porte": elles s'appellent toutes deux: sections de départ et d'arrivée; or la téléportation d'un écoulement s'effectue sans transition d'une section à une autre.

Le traçage d'une téléportation, c'est-à-dire l'évaluation de ses unités physiques, reprend les unités traditionnelles de débit de l'écoulement (du flux), en les relativisant jusqu'à obtenir et ajouter une nouvelle dimension d'espace aux "portes" d'entrée et de sortie.


Nous savons qu'un débit d'eau (par exemple) est l'écoulement d'un certain volume d'eau par seconde, à l'intérieur d'un conduit. Les unités représentées sont donc le débit en [m.cube/sec] d'écoulement au travers d'une section ou l'autre de ce conduit.
Cet écoulement ne se téléporte pas: il est en "continuité" de mouvement tout au long de la longueur du conduit.

Mais on peut déjà le relativiser en parlant de débit barré [m.cube/sec/mètre), la barre représentant, par segment (mètre), le rayon de la section du conduit. Il s'exprime au final en mètres²/sec. On retrouve cette expression relativisée dans le flux d'induction électromagnétique. Voir image ci-dessous de la barre sur la photo du pôle sud de Vénus.


Pour aller plus loin, on peut d'ores et déjà introduire l'idée du débit plat, c'est-à-dire la quantité d'eau qui passe par unité de temps ET par unité de surface (surf. = section); ce débit plat est [m.cube/sec/m.carré], ce qui s'exprime en mètres/seconde...

Mais la différence entre un débit plat et un débit téléporté tient dans une dimension supplémentaire d'espace. Prenez par exemple une feuille de papier: si vous y tracez une ligne, il y a continuité de mouvement; pour qu'il y ait "discontinuité" ou "téléportation", il faut pouvoir passer par la 3 ième dimension d'espace, décrocher la pointe du crayon et atterrir à un autre endroit de la feuille.

Un débit téléporté ne se transmet pas forcément instantanément: l'horloge continue à tourner, dans ce cas de figure. Il s'agit donc d'un écoulement de liquide transmis par seconde au travers d'un portique vers l'autre (portique: section à 3 dimensions d'espace). Le calcul du débit téléporté est [m.cube/sec/m.cube] et son unité dimensionnelle précise est 1 divisé par le temps, soit 1/ seconde, encore appellée "seconde inverse".

Etrange, non ? La seconde inverse fait furieusement référence à une inversion de la continuité de la ligne de temps

To be continued

Ce vortex photographié au pôle sud de Vénus montre "curieusement bien" le débit barré (rayon), le débit plat (en noir) et le débit téléporté (au centre blanc), vu de la section du départ.

Ce vortex photographié au pôle sud de Vénus montre "curieusement bien" le débit barré (rayon), le débit plat (en noir) et le débit téléporté (au centre blanc), vu de la section du départ.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Feyd Harkonnen
  • Le blog de Feyd Harkonnen
  • : Le blog de ceux qui veulent s'éveiller par un retour dans la 4ième dimension
  • Contact

Profil

  • Feyd Harkonnen
  • Soliris, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation
  • Soliris, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog feydharkonnen" title="Paperblog : Les meilleurs articles issus des blogs" >  <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog" />
   </a>

Recherche

Pages

Catégories

Liens