Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2019 7 11 /08 /août /2019 18:44

On peut lire en mécanique quantique: "Les électrons possèdent, comme toute la matière, la propriété quantique d'être à la fois ondes et corpuscules, si bien qu'ils peuvent avoir des collisions avec d'autres particules, et être diffractés comme la lumière. Cette dualité est facile à constater avec les électrons en raison de leur faible masse".

Quand on sait que les électrons s'expriment aussi sous forme de radiations n'y a-t-il pas erreur d'utilisation à parler de permittivité constante dans le vide, quels que soient les potentiels électriques électriques en présence ? 

Prenons un exemple qui n'a (semble-t-il) rien à voir: Il ya quelques années, un incendie s'est déclaré à 300 mètres d'une autoroute dans un secteur industriel (Ghislenghien). Les flammes (du gaz) étaient absolument gigantesques et montaient haut dans le ciel. Quelques automobilistes se sont arrêtés sur la bande de sécurité pour voir le spectacle grandiose.. et se sont retrouvés.. à brûler, sur place..
Bien entendu, il n'existait pas de "tension" entre les automobilistes et cet incendie, mais la comparaison permet toutefois de dire que l'espace entre les 2 localisations s'était considérablement réduit face à .. l'intensité du rayonnement calorique, ce qui a trompé les spectateurs.

Pour en venir au "champ électrique", il peut être défini comme le champ traduisant l'action à distance subie par une charge électrique fixe dans un référentiel donné de la part de toutes les autres charges, que celles-ci soient fixes ou mobiles. Si cette "action à distance" existe, elle est bien d'origine quantique et induit alors automatiquement une question de "seuil" de tolérance variable pour passer de "charge" à "décharge".

Il est plus que certain alors que la permittivité (du vide, par exemple) change en fonction de l'espace entre "bornes" et de l'intensité de l'une d'entre elle par rapport à l'autre, quelle que soit la nature du milieu traversé par la radiation électrique..

En analyse dimensionnelle, la permittivité se calcule en sec. carrées

Ci-dessus, valeur "fixe" et "officielle" de la permittivité du vide, pour un comportement électronique en tant que charges ponctuelles.. Nous savons déjà que, par analyse

dimensionnelle, toutes ces unités disparates (A² . s4. kg-1. m-3) de la permittivité diélectrique, ne sont en fait que des secondes carrées et celles de la perméabilité magnétique des m² inversés (vérifiez avec cette formule où c² est la vit. carrée de la lumière !).

Les grands théoriciens de l'électricité du 19 ième siècle auraient déjà pu se rendre compte que les

2 formes créées par une seule feuille

masses s'expriment en 3 dimensions (par la tension de gravité en c3) et les charges en 2 dimensions (par la tension électrique en c2), comme le symbolise très bien ce pliage d'André Lanois du "gecko et la mouche" où les 2 animaux sont électriquement en tension sur la feuille plane, et gravifiquement en tension de par leur forme respective (leur masse, diront certains) en 3 D.

Pour parler de la tension magnéto-électrique entre le ciel de la planète Terre et sa surface (qui crée les éclairs), ainsi que pour parler de la tension qui "allume" la périphérie des supernovae, il faut revenir sur l'aspect quantique du rayonnement électrique..

Variation quantique du rayonnement électrique

Les supernovae ne peuvent allumer leur "périphérie" que si la permittivité du vide change avec l'intensité du rayonnement électrique central et seulement s'il existe une trame quantique non-résistante (les mires) qui unit de telles structures aussi éloignées les unes des autres.

La permittivité réelle change suivant un gradient² d'espace appliqué à l'intensité du rayonnement électrique. Le gradient² (div². en 1/mètre²) se multiplie donc à I(int. ou débit, en amp. ou m3/sec, du rayonnement élec.passant par les mires ou interfaces d'absences du réel). La permittivité, dans son sens actuel, est une déduction passive dans notre système solaire de l'évaluation du rayonnement quantique. Le gradient² d'espace est la perméabilité magnétique; elle est un effet de la présence des mires dont nous allons parler prochainement.

 

C'est donc de la trame éthérée du cosmos dont il faut parler, parce que nous avons commencé à procéder à la révision des unités et des valeurs magnéto-électriques (l'aboutissement n'est plus très éloigné; il faut adjoindre la vitesse c des rayonnements électriques pour obtenir une formule en c3 dans la formule des variations de permittivité et de perméabilités, qui précède) .

La théorie des cones de non-lumière / la force du navaz

Imaginons que l'image ci-dessus soit la trame (temps noirs de la forme) de la photo qui précède. Un déplacement quantique s'effectue en diverses positions (divers endroits) instantanément. Et la totalité de ces positions est parcourue ultérieurement par un flux d'impédance (la force du navaz*) depuis le futur jusqu'au passé, en passant par le présent.. et enfin par un rayonnement dans notre ligne de temps sur une des bandes du spectre EM.

navaz* : mot atlante signifiant le noir, l'essence du non-être. L'utilisation du navaz, que l'être impose par absences dans son champ de perception, produit sa propre force. Force qui est est la réaction incandescente de ce champ en direction de l'être. C'est pourquoi son utilisation est dangereuse, ou tout au moins délicate, pour l'être. 

La bombe à fusion produit l'incandescence radio-active

incandescence: rayonnement parfois destructif, partant de l'entourage de l'objet vers cet objet "apparemment émetteur". L'incandescence commence "doucement" dans les infrarouges (le charbon se détruit par les braises en attirant les rayons IR vers elles), en passant par le visible (la lumière du Soleil provient de l'entourage du Soleil et se dirige vers lui) se fait sentir dans les UV, fait des dégâts dans les X et est très puissante dans les gamma..

Pour parler des absences de réalité et de la force du navaz réactive, il faut introduire la nouvelle norme mathématique d'une description de la réalité qui met en parallèlle les nombres négatifs exactement en face des positifs. Voir cet article (cliquez ici), que nous allons bientôt adapter dans celui-ci.

A suivre; article en construction/dernière mise à jour : le 22 08 2019

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Louis Tiberghien
  • : Le blog de ceux qui veulent s'éveiller par un retour dans la 4ième dimension
  • Contact

Profil

  • Jean-Louis Tiberghien
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog feydharkonnen" title="Paperblog : Les meilleurs articles issus des blogs" >  <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog" />
   </a>

Recherche

Pages

Catégories

Liens