Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 16:33

Bonjour .. le miracle est une chose possible. Voici sa structure.


Tout signal sonore, lancé au travers d'un milieu liquide vers une mire (un réflecteur), doit renvoyer vers l'émetteur un écho-liquide, et plus seulement la forme sonique du signal.


C'est cela le miracle: tout signal sonore correctement lancé dans l'eau, par exemple, doit renvoyer de l'eau (et donc augmenterson volume), à condition de stabiliser le réflecteur naturel du signal, qui a tendance à effectuer une rotation.

 

La pierre de Moïse.. image du blog "aventureautourduglobe2.unblog"

La rotation de la mire, et donc de la résonance, c'est ce qui nous empêche d'atteindre la disponibilité universelle de tout contenu; avant d'expliquer cela plus en avant, voici une image qui va rappeller certaines choses aux croyants des différentes religions.. Elle montre une pierre du monastère de Ste Catherine, au pied du Sinaï, où Moïse a fait jaillir l'eau avec son bâton. Pour rappel: une pierre est remplie d'eau.

Le temps est en rotation constante autour de la matière; nous sommes coincés ds le spectre E-M

La nature exacte de la mire est liée à "l'image" de l'intention de faire jaillir l'eau et à son signal sonore venant du futur (impédance): les 2 doivent "coïncider" et cette incidence est tout l'enjeu de cette étude. Nous considèrerons plu loin qu'une image est une boucle sonore, c'est-à-dire un son ayant tourné dans le temps sur lui-même (pulsation).

Dans leur livre "Fantastiques recherches parapsychiques en Urss", 1974, Lynn Schroeder. et Sheila Ostrander. ont cherché à connaître la théorie des ondes de temps (torsion waves) en rotation du physicien Nikolaï Kozyrev.

Pour l'instant, 1. éliminons les calculs d'étalons puis considérons les choses sous l'angle du fractionnement de l'espace/temps ..

1. Elimination de l'étalonnage de l'espace et du temps.

En physique, l'espace se calcule en mètres et le temps en secondes. Des gens ont dû, en effet, calculer ce qu'est un mètre et une seconde, pour que "tout le monde" soit d'accord sur leur représentation.

Quelque chose se passe également dans les IR, selon R. Lefors Clark et Bloch

Mais il existe un moyen de se passer du mètre-étalon grâce à une référence exclusive à la notion de rayon d'une canalisation;  et finalement, la même chose est possible pour la seconde-étalon [voir paragraphe 2 ci-dessous].

Habituellement en effet, un débit à vitesse moyenne se calcule comme ceci : Q(v) = Section . vitesse; nous avons donc Q(v) = Pi . r² . (Longueur/temps) .. Donc en faisant exclusivement référence spatiale de longueur au rayon, nous obtenons une légère diffférentiation, comme ceci : Q(v) = n (Pi . r3) / sec . Dans ce cas-ci, n représente un nombre quelconque appartenant à R]0[ .

2. Fractionnement de l'espace-temps du débit.

Il faut tansformer le temps en "pulsations ω" , et l'espace en "inductances L"

Changeons le temps [soit une pulsation  ω  est égale à 2 . pi. 1/ sec] et l'espace [soit une inductance L égale à 1 / r ] , alors la formule du débit Q(v) = n . pi . r3  / sec  = n ω  / 2 L3.

Bloch situe le point de zéro magnétisme dans les IR (point limite d'inversion).

L'équation d'un débit est donc représentée maintenant par une pulsation toutes les 2 inductances, quelle que soit le module n de ce débit. Le terme inductance est repris à l'électricité: mais ce n'est rien d'autre qu'un fractionnement de l'espace, et l'on pourait aussi appeler chacune de ces fractions par "antimètre" ou même "anticercle", sans pour autant aller jusques là.. pour une raison très précise: un débit ne se téléporte pas tout-à-fait actuellement dans une canalisation, parce que l'un des 2 composants de l'espace et du temps ne "suit pas" la courbure de l'autre .. ! (voir la loi du débit téléporté, ci-dessous).

3. Loi du débit téléporté.

Le déplacement et donc le débit Q(i) instantané d'1 liquide téléporté vaut, en 4 dimensions selon une réorganisation de la formule de Poiseuille: Q(i) = S2 = pi² .r4 .

Un débit est dit "téléporté" quand il atteint sa destination (exemple: de l'eau à votre robinet de salle de bain) au moment même où il entre dans le circuit d'eau (exemple: au niveau du château d'eau). 

Cette formule est très intéressante par sa simplicité, parce qu'elle met en parallèlle les sections (S²) -et en vis-à-vis les rotations récurrentes (pi²)- du liquide se "transportant" d'un endroit à un autre sans transition.

Mais comment cela est-il possible.. Le temps (et son fractionnement) semble avoir disparu de cette formule.. normal.. Parce que le temps de notre dimension en 3 D est un retard, un délai dans le déroulement des choses. En 4 D, il reprend sa place en tant que composant de l'espace.

Pour info.. Ouspenski(1), élève de Gurdjeff, disait que le temps posséde 3 dimensions qui correspondent aux dimensions 4, 5, 6 de l'espace de Einstein. Une permutation est effctuée dans notre monde-de-tous-les-jours (une variable d'espace en 4 D, au numérateur, devient chez nous une variable de temps au dénominateur) . Exemple: pi. r4 devient pi. r3/sec

Revenons à nos moutons: en considérant la lettre L ici comme une longueur : pour retrouver la formule de Poiseuille sur les débits Q(v), il faut multiplier Q(i) = S2 = pi² .r par la résistance* qui vaut 1/ [8.L. t. pi] ; et nous obtenons Q(v) = pi r4 . (P1-P2)* / 8. eta*. L.

Nous avons déjà insisté dans un autre article de ce blog, sur le fait que non seulement une résistance s'est installée dans un écoulement ordinaire, mais de plus l'espace s'est replié 8 fois, et s'est distordu en perdant une composante pi entre le futur et le passé de l'écoulement.

Cette distorsion coûte énormément en terme d'énergie à tout système fonctionnel: même notre corps, fabriqué à l'origine pour se ressourcer en dehors du spectre électro-magnétique a intégré cette distorsion; nous mourons donc à petit feu.

(1) Ouspenski est cité dans le livre de 1988 "Tout pour prédire l'avenir" de Derek et Julia Parker aux Eds France Loisirs; lire de lui "Fragments d'un enseignement inconnu", Eds Stock.

* Toute résistance (en électricité -avec les ohms- ) dans l'écoulement ordinaire d'un liquide, possède une unité d'espace et de temps sous la barre de fraction ( 1/ m. sec )

Confrontation des mires

* Eta est la viscosité.. Sa nature dimensionnelle est en m²/ sec dans notre monde.

* (P1 - P2) est la pression différentielle P .. sa nature dimensionnelle est en m²/sec².

Tout cela est vérifiable .. Mais il nous faut expérimenter un système pour que la rotation d'une section S du futur d'un événement se repositionne face à la rotation de la section S de sa projection dans le passé.

Les 2 mires doivent se regarder pour n'en former qu'une seule: c'est la loi du caducée.

 

Ici nous faisons une digression mathématique (et picturale !) pour se représenter l'écoulement du temps à l'intérieur de la matière. Pour commencer, prenons la permittivité diélectrique (en sec²) dans un bloc de matière. Elle se situe uniquement dans les conduits et non dans le reste du carré.

La permittivité diélectrique se calcule en sec² (par exemple dans c²)

Ensuite nous passons à la perméabilité magnétique, avant de parler "mathématique". Elle se situe uniquement hors des conduits et pas à l'intérieur. Le temps  effectue une "pirouette" pour créer l'espace, comme nous allons le voir. Car en réalité, aussi bien le temps est un flux de lui-même (en 1,2 ou 3 dim) dans la permittivité, aussi bien l'espace est un flux du temps dans la perméabilité, flux qui se dirige vers ce qui semble être un autre endroit :

 

 

En réalité, les 2 flux se "croisent" en permanence (comme 2 files d'autos de sens opposés sur une route) mais se rejoignent en un seul lieu, un attracteur commun, difficile à décrire.. Difficile à décrire ? Oui, pour la bonne et simple raison que nous nous approchons chaque jour de "l'endroit" où il se trouve, sans l'avoir encore atteint.

Note: l'on peut très bien dire que la valeur dimensionnelle de c est calculée en m/sec, et la valeur de c² en m²/sec².. Mais c'est une convention totalement arbitraire, un choix de départ. Par exemple pour c, l'on peut tout aussi bien dire que la vitesse de la lumière est de 300 000 000 m / sec, ou qu'elle est de 1 sec / 300 000 000 de mètres. 

Le véritable sens des fractions mathématiques, c'est qu'elles traduisent la présence de deux flux fonctionnellement opposés. Reparlons .. (voir les carractères gras et bleus ci-dessus au mot résistance) d'un portentiel pour illustrer cette théorie: la résistance, calculée en 1/m.sec, est la multiplication d'une fréquence temporelle (en hertz) et d'une fréquence spatiale (en henry) qui signifie que chacune de ces considérations est un flux de sens opposé, qui croise l'autre, en avançant vers l'avenir et en remontant vers le passé.

Mais lequel des 2 flux remonte du futur ?

Devant une nouvelle avancée du génie civil chinois, il est urgent d'effectuer des recherches sur le thème suivant, qui est aussi le titre du procahin article: "En route vers le double amortisseur de torsion".

Statut de l'Intention inflexible

 "Le sommet d'une causalité, notamment manipulée par l'Homme, est d'être emporté VERS la somme des effets que l'on a désirés, et non pas seulement PAR la somme de ces mêmes effets..". C'est le pouvoir de Merlin du contrôle total sur la création, offert par Dieu à l'Homme.

Platon, selon 1 buste du 4 ième siècle avt JC

A propos d'une remarque de Platon.

Ce philosophe disait, il y a 2375 ans: "Il fut un temps où les hommes percevaient clairement les 2 mouvements opposés de l'Univers".

Aujourd'hui, à l'étude de la transcription en physique space-time des "potentiels" de la physique (voltage, ampérage, masse, etc.), nous voyons que tout l'espace de l'Univers se dirige vers un un insondable point; et le temps lui-même de l'Univers se dirige depuis ce point vers chaque particule de l'espace, sans en oublier aucune.

L'interpénétration des mouvements de l'espace d'un côté et du temps de l'autre nous ramène par exemple à la stupéfiante troisième loi de Képler, que l'on peut appeller "équation de proportionnalité" des astres: 

T² = x . a3 ...

 T signifie la durée de révolution d'1 planète autour d'un soleil.

 a est le rayon de l'orbite d'une planète, ou plutôt son demi gran-axe, parce que les planètes ne tourne pas en rond, mais en ellipse.

                                                                   x est une curieuse constante, un chiffre étrange qui revient tout le temps : T² / a3 = x . Cette façon de montrer le résultat (rien qu'un nombre, un indice) de l'équation de Kepler ne fait qu'indiquer qu'entre l'espace et le temps, il n'y a AUCUNE différence de nature fondamentale. Rien d'autre qu'une sorte de jeu: ils ont les mêmes unités dimensionnelles.

Refermons la parenthèse Képler et regardons les choses à présent de nouveau sous l'oeil toltèque (héritage des indiens Yaquis, par exemple). Pour ces chamanes indiens, nous ne percevons qu'un écrémage de la réalité, à cheval sur 2 "émanations".

Certains voyageurs sont des chamanes, apparemment !

Le fait est que la forme de chaque particule de chaque dimension de l'Univers "se vide" de son énergie, partout et en même temps, instant par instant. Entre 2 instants, quand chaque forme se remplit, nous ne percevons que la forme, mais pas le "remplissage" lui-même, étant donné que nous nous intéressons aux formes, et pas aux faisceaux. Cela nous donne le sentiment de continuité de vivre dans une  ligne de temps inaltérable et infranchissable. 

C'est parce que nous avons habitué notre attention à ne percevoir que ces "moments"; mais que perçoit le chamane lorsqu'il s'écarte de notre écrémage lancinant, habituel et mortellement ennuyeux ? Il perçoit un monde de faisceaux absolument fabuleux, où les centres de cohésion de chaque particule sont reliés entre eux par des cordes lumineuses, des filaments d'une beauté indescriptible.

Mais ce qu'il faut savoir à propos de cette autre face accessible de notre monde, c'est que ces faisceaux aux-mêmes semblent statiques, bien que capables de changer instantanément: en fait, ils sont eux-mêmes soumis à un autre rythme 2 fois plus rapide d'apparition et de disparition.

Références

"L'Homme est le plus parfait organisme de l'Univers; il a été créé pour accélérer le processus de la nature; l'Homme fait advenir l'objet de ses pensées". (Baird T Spalding: son livre est "la vie des Maîtres", Robert Laffont)

"Le commandement de l'homme peut devenir le commandement de l'Aigle". (Carlos Castaneda: lire ses livres dans l'ordre de parution : Voir, le Voyage à Ixtlan, Histoires de Pouvoir, Le second anneau de Pouvoir, le Don de l'Aigle, le Feu du dedans, la Force du Silence, et autres aux eds Gallimard)

"L'échec n'est pas inscrit dans la conscience de l'Homme (Spalding)."

 

a suivre

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Louis Tiberghien
  • : Le blog de ceux qui veulent s'éveiller par un retour dans la 4ième dimension
  • Contact

Profil

  • Jean-Louis Tiberghien
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog feydharkonnen" title="Paperblog : Les meilleurs articles issus des blogs" >  <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog" />
   </a>

Recherche

Pages

Catégories

Liens