Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 14:39

Lorsqu'un véhicule effectue un mouvement dans un fluide liquide (eau, par exemple) ou gazeux (air), l'énergie de ce mouvement est en partie guidée et en partie "invalidée" par ce qu'on appelle "la traînée".

Il existe une sorte de "traînée" qui prend beaucoup d'énergie au mouvement d'un véhicule, et qui obéit à un signal: ce sont les allées de Karmann !.

Nous avons déjà étudié le modèle du double vaporisateur pour expliquer leur fonctionnement, mais la dynamique du signal à la base de ses "entrelacs" est intéressante à étudier. 

 

L'image ci-dessus montre une autre sorte de traînée, mais l'on voit des volutes de fluides tourner sur eux-

Karmann streets, tourbillons liés

mêmes, cherchant à accompagner le "débit central".. 

Un obstacle (comme une pierre au milieu d'une rivière, ou un bateau au milieu de cette même rivière) au milieu d'un fluide en progression peut créer ce type de figures, tout comme un objet se mouvant dans un fluide statique, ou les deux à la fois.

Il existe 3 sortes de débit lors d'un déplacement de quelque chose dans un fluide.

1. Peu importe le cas étudié, ce qu'il faut savoir en tout premier,  c'est que tout fluide évoluant autour d'un obstacle statique ou en mouvement, est le débit de remplacement de cet obstacle. C'est ce débit qui crée la tension entre les vagues d'étrave et les vagues de poupe, en passant par les vagues latérales, comme sur l'image du sous-marin U 31, ci-dessous. "Ce qui est devant, doit se retrouver derrière" très rapidement sur son "couloir".

2. Ensuite, ce qu'il faut savoir de toute urgence (he oui!), c'est que: tout obstacle à l'encontre d'un premier fluide, joue exactement le rôle d'un second fluide au milieu du premier.

U 31 sous-marin allemand en 2005, mer baltique

Prenons l'exemple d'un sous-marin en surface: sa capacité (partie immergée liée au tirant d'eau) à confronter l'eau semblait (autrefois) liée à sa "valeur de déplacement" . Les physiciens considéraient en effet qu'il faut quantifier la capacité d'un bateau pour déterminer sa collaboration au principe d'Archimède.

Et donc ils appellaient sa "masse immergée": "la quantité de déplacement" du sous-marin; c'est une erreur étrange mais propre à une vision statique des choses. En réalité, une masse en déplacement n'est rien d'autre que comparable elle-même à un débit de fluide, comme cela est symbolisé dans la première image de cet article. 

3. Le dernier débit à considérer est la traînée (ici, du sous-marin). Elle est la dernière réaction (oublions les tourbillons de l'hélice, en imaginant que ce navire se meut pour l'instant avec des voiles (!).

La traînée est cette force venant de la mer qui va chercher à combler le vide créé par "la dureté" du passage du navire sur l'eau. Le problème n'est pas que cette traînée existe.. Mais bien que sa force réactive n'est pas assez grande pour aider le navire.

Pour une allée de Karmann, le signal est latéral. Il faut le transformer évidemment en signal longitudinal.

La nouvelle version du principe d'équivalence.. nous emmène sur un terrain inconnu.

Pour ceux qui ne croient pas en l'universalité de l'entropie (qui se manifeste pratiquement par une résistance ou une perte d'efficacité dans l'utilisation de l'énergie) nous avons dû revisiter la loi de Bernoulli. Sa version Nouvel Age est donnée en fonction du principe d'équivalence: "Quelle que soit l'énergie apportée à un bolide (comme un bathyscaphe) dans un système de pression homogène, la valeur absolue de

Bernoulli revisité. Cette loi signifie que P est sans influence.

l'augmentation de pression sur le bord d'attaque d'un foil (ou de l'avant d'un sous-marin, sur l'étrave) est égale à la valeur absolue de la dépression latérale et arrière de ce foil (ou sur les côtés et à la poupe d'un sous-marin).

Cela nous amène à un aspect tout-à-fait propre au monde de la 4 ième dimension, qui est une facette du principe d'équivalence: Quelle que soit la densité d'énergie mécanique apportée à 1 élément d'un système fluide sous pression, cette densité d'énergie ne peut affecter et donc ne peut changer la pression de ce système.

Voilà pourquoi un bâtiment sous les mers peut être là sans être vu et sans affecter le milieu ni les instruments sensés le détecter.

 

 

A suivre, article en construction

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Louis Tiberghien
  • : Le blog de ceux qui veulent s'éveiller par un retour dans la 4ième dimension
  • Contact

Profil

  • Jean-Louis Tiberghien
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog feydharkonnen" title="Paperblog : Les meilleurs articles issus des blogs" >  <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog" />
   </a>

Recherche

Pages

Catégories

Liens