Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 15:57

Chapitre 1  :  Unités de capacité électrique : qu'est-ce qu'un farad ?

Bonjour

Dans mon analyse dimensionelle perso, un farad signifie en physique espace-temps "la porosité électrique d'un milieu (libération en 1 sec² d'un coulomb) sur 1 mètre de longueur (sous la tension de 1 volt) dans ce même milieu." Un farad est donc 1 m.sec² ( le coulomb et le volt s'annulent dans ce calcul ).

Un peu limite à comprendre. Mais nous faisons des efforts.  😁
 
 

 Chapitre 2 : Le lapin de Schrödinger

Bonjour

undefined

Admettons que nous nous reprenions l'exemple du chat de Schrödinger, version "lapin". L'exemple consisterait en quelqu'un qui ouvre la célèbre boîte, et trouve un lapin. Il décide de le tuer (encore de la violence), mais à la seule condition que quelqu'un décide de le manger .. donc plus tard. 

La question qui se pose, dans ce genre de milieu (l'infiniment petit), est qu'entre la cause et l'effet, il y a, outre la question morale de responsabilité, la coexistence de 2 événements possibles: soit le lapin est mort parce que quelqu'un le mange "à quelques instants de là plus tard", soit le lapin est vivant parce que personne ne se décidera à le manger.

Dans les 2 cas, les 2 futurs du lapin sont méta-statiques (posés à côté de lui).

Est-ce qu'il existe dans notre monde mésanthropique des exemples où le futur influence le présent à ce point ?

N.B. : Il faut savoir que ce genre de choses existe déjà dans le monde des affaires anciennes: les antiquaires ont remarqué qu'à partir du moment où une certaine sortes d'antiquités ne VA BIENTOT plus apparaître sur le marché, le nombre de collectionneurs de ces mêmes objets s'effondre déjà préalablement.

 

Chapitre 3 :  le temps et la gravité.

Bonjour,

Terre creuse aux pôles, et griffes du Diable, comme sur Encélade.

Cette question prend sa source dans la mesure où il existe une réelle distorsion entre l'écoulement du temps à l'équateur de la Terre et l'écoulement du temps en son centre (distorsion calculable par la fonction de Lorentz). Mes interrogations se posent (mais cela a sûrement été déjà demandé) sur la relation entre la gravité et cette distorsion. D'une autre manière, la question est: hormis la mesure de la masse des très grands objets, la gravité est-elle la tension qui existe à l'intérieur de cette distorsion, sur la ligne de temps entre l' "extérieur" des astres massifs qui tournent "vite" et leur centre absolu, quasi statique ?

Seconde question: si la gravité, au lieu d'être orientée au centre (sauf comme résultante), était une sorte d' "effluve" en torsion inverse du mouvement centrifuge ? L'on comprendrait alors qu'elle soit la même partout sur la planète, même loin de l'équateur. Il n'y a encore qu'au niveau des pôles qu'il y aurait un problème, la vitesse centrifuge étant trop faible.

Mais ne possède-t-on pas déjà des photos d'anomalies constatées aux pôles sud et nord de notre planète? Et de combien d'autres..

 

Chapitre 4 : suite 1 de la troisième loi de Newton.

Lorsqu'ue pierre tombe à l'eau de toute sa hauteur h et de sa propre masse M, renvoie-t-elle par réaction à la hauteur initiale de la pierre la même quantité d'eau proportionnelle à son volume d'eau ou proprtionnelle au volume d'eau correspondant à la masse de la pierre ?

Question posée sur Futura-Sciences

La goutte d'eau qui remonte "en l'air".


------
 
Bonjour,

J'ai une question à vous poser qui me laisse perplexe depuis plusieurs mois: en admettant qu'il n'y ait pas de perte d'énergie en viscosité ou autre dans l'exemple suivant: lorsqu'une pierre tombe dans un lac à partir d'une hauteur h avec une masse M, le lac renvoie par réaction de l'eau. Ce qui est renvoyé à la hauteur initiale (de la pierre) est-elle une quantité d'eau.. (1) proportionnelle au volume de la pierre ou (2) proportionnelle à la masse d'eau correspondant à la masse de la pierre ?

Réponse de Futura-sciences

Bonjour,

déjà il n'y a aucune raison que ce soit renvoyé à la hauteur initiale. Ca peut tout aussi bien aller plus haut, ou plus bas.
La quantité ne dépend pas que du volume de la pierre, ça peut également être plus, ou moins.

Bref : ça dépend de tellement de paramètres (tension de surface, viscosité, masse volumique de l'un et de l'autre, géométrie de la pierre, etc) qu'il n'y a pas de réponse à cette question.[/QUOTE]

Réponse de Jean-Louis T. à Futura-Sciences sur ce qui précède.

Tiens.. J'aurais cru qu'en physique, compte NON tenu de tout ceci: (tension de surface, viscosité, masse volumique de l'un et de l'autre, géométrie de la pierre, etc) fatalement en principe toute "intrusion d'énergie" dans un système "amortisseur mais non destructeur" est renvoyée suivant le même angle et le même "impact" comme un/une trempoline.

1. De plus, c'est la partie la plus "délicate" de ce post: c'est encore mieux que le coup de la trempoline: un "message physique" lancé dans un milieu exotique assez "élastique" sera renvoyé mécaniquement par ce milieu.. avec sa propre substance, en échange et en lieu et place du message, et selon des modalités propres qui quantifient en fait.. le retard et le rythme du temps du milieu de la réponse.

2. Donc je pense que la masse volumique différente n'intervient pas, idéalement. 

(Suite de la discussion, ci-dessous):

En résumé, et pour expliquer les choses différemment: on peut peut-être acquérir des degrés de liberté inhabituels. Exactement comme en matière de justice, l'on peut aller partout (en démocratie) si on respecte la loi.

Donc on va partir de ce principe pour essayer de "chevaucher Pégase".
Donc tout ce qui ressemble à la conservation.. de l'énergie, je vais l'identifier en le soulignant en mauve.

Prenons un bateau: il s'appuie sur l'eau pour avancer mais en même temps il la "jette derrière lui" pour pouvoir se faufiler dans l'espace qu'il a "creusé devant lui".. J'ai déjà nommé cela: principe d'équivalence: tout le système-océan conserve son potentiel d'énergie, celui-ci n'est en rien changé par la présence du bateau.
Mais l'exemple du bateau a ses propres limites: il ne produit pas un impact majeur (intrusif) sur le système "océan".

Dans un exemple plus violent, l'océan -ou le verre de lait- doit composer avec l'irruption soudaine d'un élément "outsider" à l'intérieur de lui-même.. et en réponse à l'intrusion d'énergie effectue en urgence un remplacement par un échange recalculant très exactement, au coma (virgule, en néerlandais) près, ce qui a été.. je n'arrive pas à trouver le mot; est-ce ce qui a été "dérangé" ? "modifié" ? J'en perds mon latin: mais justement, c'est ce que je vous demandais d'une autre manière, au début de ce sujet.

De toute façon il y a des conséquences sur la modification du temps entre l'intrus et sa réponse par le milieu.. mais n'ai pas encore le système complet de cette polarité !
 

Chapitre 5 : suite 2 de la troisième loi de Newton.

Une forme qui implose dans un milieu fluide, propage-t-elle par réaction une onde de forme identique de

même format, qui grandit, grandit jusqu'à atteindre tout le milieu, aussi immense soit-il ? Faut-il tenir compte des gradients de pression dans la représentation du mouvement de sa "croissance" ? La réponse "oui" à cette question implique que dans le milieu éthérique non-résistant,

tout chose est connue à tout coin de l'Univers éthérique; voici donc en partie pourquoi une mire n'a pas besoin d'autre chose pour exister que la forme-pensée qui l'accompagne.

Nous voulez visiter la zone 51 ou le bureau ovale à Washington ? Visualisons l'endroit (la mire), si nous baignons dans l'éther. Mais oui, nous y baignons depuis toujours. 

Autre question sur Futura-sciences: "Priez pour nous, pauvres pêcheurs".

Bonjour à tous, j'ai énormément de questions sans réponses qui trottent dans ma tête mais il y en a une d'ordre pratique qui m'agace énormément .
J'habite au bord de la mer en Charente et m'adonne médiocrement à la pêche. Je pêche avec des leurres et des cannes de 2,40 m.
Pour rattacher le leurre à la canne, j'ai du fil de pêche dont la résistance m'autorise de soulever un poids de 8kg.
Les leurres sont légers il oscillent entre 5 et 30g mais il m'arrive avec les plus lourds de casser le fil au moment du lancer ( je garde le doigt trop longtemps pour bloquer le fil.)
Je pensais benoitement utiliser la formule de calcul d'énergie cinétique pour déterminer la vitesse de lancer mais je m'y casse les dents . y aurai t'il une bonne âme pour m'éclairer moi et mon cerveau brumeux? Merci
Gilles;

La réponse a été balayée, pais vais essayer de m'en souvenir.. dans l'ensemble, en soulignant par des couleurs les points intéressants des autres intervenants.

1. J'avais tenté de calculer la vitesse du leurre au moment de la casse mais cela me donnait des vitesses aberrantes plus proches de la vitesse du son que celle d'une balle de golf... 

La vitesse du son joue un rôle (Mach 1) dans les tuyères de Laval et cela reste inexpliqué: dans une tuyère c'est l'air qui a la vitesse du son (au col), là où toute la physique bascule; dans l'exemple du pêcheur, c'est le leurre qui atteint Mach 1 dans l'air.

2. Jiherve: j'ai fait un calcul rapide et si je ne suis pas gouré : pour casser du 8kg avec 30g il faudrait soumettre le leurre à une accélération de 2616m/s² 

Il n'est pas du tout certain que les accélérations d'un leurre soient en m/sec², mais elles peuvent être aussi en m/sec3, en m/sec4 ou en m/sec5.. Comparativement à la tuyère de Laval, je pense qu'il existe une acclération en m/sec3 dans le divergent d'une tuyère de Laval.

3. Gwinver: Au moment du lancer, la force est encaissée par la partie déroulée du fil, la partie sur le moulinet travaille moins.

L'encaissement de l'énergie est lié parallèllement à l'encaissement des retards pour son application! C'est un concept difficile à appréhender, mais avec celui du fil qui casse, cela va un peu mieux. Dans cet univers de la 3D, une énergie s'applique forcément à un véhicule inertiel (le fil, ici). Dans ce cas-ci, l'opposition entre la traîne et le lancer est si grande que le fil casse. Un début de solution passerait par l'inversion des dimensions d'accélération, en sec/m², sec/m3, sec/m4, etc .. pour arriver tout simplement à totaliser les secondes elles-mêmes hors des accélérations. Mais pour en faire quoi : une totalité de temps concentrée sur le fil à un endroit, ce qui est encore peu utilisable mécaniquement.

4. Obi76: Un poids n'est pas une masse, et n'est pas non plus une énergie.

La masse est indiscutablement, comme dans la partie "encaissement" qui précède, une concentration de temps-retard. Disons que l'on peut affirmer ici que sa dimension se situerait autour de m²/sec0, ou m3/sec0, ce qui au niveau mathématique et physique serait la trace conservée d'une laison avec le temps; à l'inverse (car il est par exemple tout aussi judicieux de parler d'une vitesse normale d'un véhicule en m/sec ou en sec/m, cela ne change rien), l'on perçoit une sorte d'effondrement du temps à parler de sec0/m2 ou sec0/m3.

Bandes d'émanations sur ce drapeau américain de 1914-1918, collection perso.

Mais ces affirmations précédentes sont d'un ennui prodigieux: l'encaissement des retards, comparativement à l'encaissement de l'énergie est bien plus ressemblant aux propriétés de l'alignement sur les grandes bandes d'émanation, un concept de sorcellerie toltèque. Une partie de nous-mêmes, et une partie de chaque élément qui nous entoure perçoit et "détaille" physiquement les longueurs d'onde sismiques, acoustique, électromagnétiques en étant comme sur une île qui reçoit les vagues; et une autre partie  de nous-mêmes et de tout élément qui nous entoure effectue une totalité (en cash) des moments d'apparition et des temps de disparition de toutes ces vibrations.

Certaines émanations et certains actes de notre vie (comme le lancer d'un leurre avec une élastique) présentent des contrastes si puissants entre les moments et les temps, que ce sont les moments qui l'emportent: leur énergie "déborde" sur les temps et les éclaire, en changeant la physique des choses, purement et simplement, sans que le modèle ondulatoire ne trouve d'explication.

undefined
L'idée de ce flag a été offerte par un Immortel à George Washington

Le changement de la physique de l'encaissement (cash) d'un élastique, d'un barrage ou d'un avion détruit cette élastique, ce barrage, cet avion.

Un exemple étonnant de l'alignement des bandes d'émanations est représenté par la bannière étoilée américaine. Il a été proposé par un étrange personnage sorti de nulle part, alors que les troupes de George Washington essayaient de s'inventer un drapeau pour l'Amérique après leur victoire potentielle sur l'armée anglaise.

Ci-dessus, drapeau de guerre (coll.personnelle) avec la désignation de l'encadré et des bandes pour mettre en lumière ce que ces alignements signifient.

 

A suivre, article en construction..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Louis Tiberghien
  • : Le blog de ceux qui veulent s'éveiller par un retour dans la 4ième dimension
  • Contact

Profil

  • Jean-Louis Tiberghien
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog feydharkonnen" title="Paperblog : Les meilleurs articles issus des blogs" >  <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog" />
   </a>

Recherche

Pages

Catégories

Liens