Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 17:24
Que le Peuple, demain, des secrets n'aît l'usage.
Tous les douze mille ans vient l'ère des dangers.
Qu'il surveille le ciel, qu'il soit prudent et sage:
La passe du Soleil tente les étrangers.
Immense sablier de l'ardente lumière
 
Et Portique géant où s'efface le temps,
Suprême point zéro que franchit la Matière,
En un instant si bref qu'il n'est d'aucun instant...
 
Lysianne Delsol: "Le Sphinx". Extrait du "Portique du Soleil".

Bonjour,

En fonction de nouvelles conceptions sur les amortisseurs sismiques (comme celui de la tour 101 de Tai-Pei, à Taï-Wan) et en faisant référence au corps humain qui dispose lui-même d'amortisseurs de vibrations, il faut nous offrir la possibilité de découvrir le rôle-clé du diaphragme.

Ci-dessus: imaginons 2 boules pouvant tourner- chacune à l'intérieur d'une crapaudine-. Elles sont reliées entre elles par un ressort qui les repousse, mais les crapaudines sont reliées entre elles par des câbles qui les

convertisseur de couple

retiennent; l'ensemble est un amortisseur qui va + ou - répondre à des sollicitations (chocs, vibrations..) attractives et répulsives.

Avec un convertisseur de couple on peut s'intéresser à adjoindre une énergie entrante et sortante. Pour expliquer rapidement le procédé, il permet à une hélice d'en faire tourner une autre à distance, rien qu'en envoyant un fluide qui tourne dans le même sens, ou même dans le sens contraire, comme on le voit sur cette image, par l'intéressante intermédiaire d'un stator muni lui aussi d'une hélice..

Le point d'assemblage est lumineux visible ici à droite..

Le seul ennui avec le premier schéma que l'on voit au début de cette page, c'est qu'il manque un diaphragme (un stator à hélice contrarotative ?) qui contrôlerait aussi bien les tractions que les pressions. Il se trouverait probablement au centre.. pourrions-nous penser..; car en réalité, concernant le corps humain par exemple, il semble que toutes les tractions soient mobilisées par un organe, lui-même commandé dans le corps lumineux par "le point d'assemblage" ( de la perception ). 

En attendant, nous allons donc nous pencher sur le rôle du très étrange organe du corps humain qu'est le diaphragme. Ci-contre, cette femme inconnue s'est faite photographier avec une camera de Progen (aura camera vision 6000) qui montre l'aura, et plus particulièrement le point d'assemblage, à sa gauche (à droite sur la photo).

Le diaphragme.. un allumeur ?

Ci-contre, voici le schéma d'une fonction plausible du diaphragme: la création d'une étincelle par une connection entre 2 zones de l'abstrait, de l'éther.

Ces schémas peuvent sembler curieux ou incompréhensibles, mais ils s'adressent à une partie de nous-mêmes que l'on utilise rarement. Ici, nous en avons un

Le diaphragme.. un aiguillage ?

autre: la fonction d'échangeur, d'aiguillage.

 

Les boules représentent les 2 mires d'un objet ou d'un corps dans notre dimension. Quand elles sont alignées (sur 2 instants futurs), tous les miracles sont possibles. Prenons exemple ce sous-marin, et admettons que le diaphragme est un aiguilleur d'énergie entre les mires..

 

Sous-marin français en alignement de mires futur-futur

Selon le modèle de l'aiguillage, l'alignement de mires sur ce sous-marin va le rendre invisible(1), parce qu'il sera toujours en avance temporelle sur tout ce qui nage à côté de lui; à ce moment-là, même son inertie(1) change d'orientation. Mais nous avons besoin d'un diaphragme et nous travaillons sur sa réalisation.

Voici un autre modèle de diaphragme: l'encaisseur.

Ici la main joue un des rôles du diaphragme: elle encaisse d'un retrait toutes les vibrations

Sur ce modèle, la main représente un des mouvements possibles du diaphragme: une tension se crée en permanence en agitant la main de haut en bas; une vague permanente se crée, puis est rompue par un brusque retrait de la main.. la corde casse et c'est l'encaissement: les 2 mires se superposent au même endroit.

La main représente donc le diaphragme sur ce modèle. Peut-être.. MAis elle devrait se trouver, même symboliquement, plus au centre de l'image, comme dans le modèle ci-contre du "redresseur de sens".

Celui-ci est très facile à comprendre; il est basé sur le jeu forain de la pêche aux jouets; le centre symbolise l'écheveau qui est obligé de tourner dans le même sens que le lotus et la couronne; le lotus symbolise l'eau qui porte les jouets. La couronne fait tourner les fils qui passent devant le joueur.

Ce modèle représente assez parfaitement le surprenant fonctionnement interne de l'anneau de piscine (ring pool). Anneau que l'on peut voir dans la vidéo réalisée par l'internaute "Physics Girl" sur Youtube.

 

Ring pool - anneau de piscine, image de Physics-girl prise sur Youtube

Mais l'anneau de piscine présente un diaphragme externe, ce qui complique une fois encore la compréhension définitive de la mobilisation du circuit de Pouvoir, par exemple à l'intérieur du sous-marin surunitaire que nous avons montré plus haut.

(1) Lorsque les mires sont alignées (confondues, c'est le même effet) dans le même instant, la soumission à l'attraction grave disparaît. Dès lors l'engin est en répulsion interne avec tout l'extérieur (antigravité); sa maniabilité est non-inertielle, son apparence rejoint l'invisiblité (mais pas toujours complètement), sa sécurité est nettement renforcée; son indépendance énergétique est à la mesure de la surunité (lire "De la Terre à la Lune", de Jules Verne).

Vaissseau photographié à partir du sommet du mont Washington, Amériquedu Nord, 1870.
Vaissseau alien photographié à partir du sommet du mont Washington, Amérique du Nord, 1870. Carte postale d'époque.

Et surtout, il naît pour lui une objectivation de résultat propre à son nouveau mode vibratoire: "le véhicule peut atteindre un endroit sans plus de résistance, ni délais".

Le champ terrestre antigravifique

Regardons l'astronef ci-dessus: il ressemble à un sous-marin inversé: Gracieuseté de Sam Sherman, Mount Washington/New Hampshire.

Nous avons vu par cet article qu'une cathédrale [qui, de l'extérieur, ressemble souvent à un astronef retenu au sol par des filins (arcs-boutants)] tire son énergie du sol. C'est également vrai pour les engins à antigravité; le vaisseau de 1870 au Mont Washington possède une proéminence vers le bas, alorsqu'un sous-marin en a une vers le haut..

A l'origine de l'humanité, les hommes vivaient dans la 4 ième dimension, qui est dominée par le champ vibratoire antigravifique de la Terre. Certains appellent "Terre Creuse" cette 4 ième dimension, car notre 3 ième dimension y est connectée de façon parfois visible aux 2 pôles; mais en réalité le champ antigravifique est partout. Notre dimension en 3D est comme un aquarium dans une pièce en 4D plus grande: nous y sommes observés, mais nous ne pouvons voir ceux qui nous observent. Cette petite histoire mise à part, il nous est possible de nous connecter en faisant bouger (vibrer) les mires d'une faon spécifique, comme nous l'avons dit plus haut.

Nous sommes à la veille du jour anniversaire où Youri Gagarine s'est élancé comme le premier homme dans l'espace, il y a 60 ans, le 12 avril 1961/ il se fait que ce jour ancien est aussi le jour de ma naissance. Donc, à 60 ans, je ne peux plus faire autrement que de déterminer ici la loi de surunité, afin de pouvoir avancer dans une nouvelle aire/ère de travail.

La loi de surunité doit tenir compte d'un "y noir" tournant et d'un "x positif" alternatif où c'est précisément l'activité de la partie cachée "y" qui fournit  une énergie redondante et synchronisée (dans le temps terrestre) pour la zone "z". 

La zone z tient curieusement la place du diaphragme..

 

Il faut s'imaginer dans l'éther, où rien n'existe d'autre que l'éther; pour créer une structure intéressante, il faut savoir profiter de l'action sur cette substance et de sa propre réaction.

Donc au départ Dieu lui-même a dû étudier diverses possiblités de matériel à énergie auto-entretenue.

En premier lieu, il s'est construit une ou plusieurs sphères tournantes élaborées à partir d'un feuilletage de plaques, plaques séparées entre elles par un vide et reliées au centre comme les pages d'un livre. Cela c'était pour l'action; pour récupérer la réaction, il s'est constitué autour de chaque sphère une bande tournant non seulement sur elle-même -mais aussi en sens contraire -  qui est exactement le trou de ver dont nous avons parlé, ou plus simplement au "pool ring" ou anneau de piscine qui montre clairement comment une telle tension se crée entre ses pôles.

Platon a dit: "Il fut un temps où les hommes percevaient très clairement les 2 mouvements opposés de l'Univers"

 

En second lieu, il a placé le trou de ver au centre de la sphère, et les plaques feuilletées autour (A illustrer, dessin en construction); cette structure est encore utilisée aujourd'hui à l'intérieur de chaque planète; les feuilletages d'alternation magnétiques entraînent des mouvements de convection de matière tournant sans cesse autour de leur propre centre. Chaque centre est siutué sous l'équateur des planètes,  grande profondeur (1500 km ? Seuls des mesures précises de ces

Les horloges remontent le temps aux pôles des planètes. Ici Mars et son ring pool

convections connues des naturalistes peuvent nous aider).

Une planète (comme ici à droite Mars avec son propre atoll de Benguer) possède son ring pool interne dont les extrémités ouvrent un autre espace-temps..

Certains se sont trouvés près de l'atoll de Benguer terrestre, et ont vu leur horloge de poignet (une montre) remonter le temps. Ainsi, nous savons que non seulement le "ver quantique" tourne en sens inverse mais également il remonte le temps. Ce qui confirme la théorie du double circuit d'impédance sonore débutant à chaque pôle (les lignes d'impédance remontent le temps). Cette image de Mars est incroyable: elle présente un vortex près de l'atoll, comme on en trouve aussi sur Vénus et sur Terre; il est très clair que les flux d'électricité négative et positive entrant et sortant de ces endroits ne se rejoignent pas..

En lisant cet article jusqu'ici, le lecteur a pu se demander, à propos du sous-marin français de nouveau reproduit ci-contre, comment l'on peut trouver 2 mires sur un tel véhicule. Dans les articles précédents, nous avons souvent parlé de la mire du futur située graphiquement à l'avant d'un vaisseau et qui représente l'endroit de sa destination. Mais comment pourrait-il y avoir également une mire à l'arrière ?

Réponse: le débit de remplacement du bateau, qui est l'eau qui circule autour de lui en sens contraire lorsqu'il avance, possède elle aussi une destination future, située à l'arrière du navire. 

Ce débit de remplacement correspond exactement au front du navire (en m²) x sa vitesse (en m/sec), mais en sens contraire donc.. C'est pourquoi les mires sont strictement identiques en puissance d'appel.

Karmann dans le voisinage d'une île

C'est ce qui transparaît en quelque sorte avec le phénomène suivant: l'influence des 2 mires crée une structure en forme de tresse dans une traînée  de Karmann, chaque partie de la tresse s'attirant et s'étirant en longueur parce que de même tension (future), mais pas exactement alignée l'une sur l'autre. La résolution de Navier-Stokes doit amener automatiquement un véhicule à atteindre sa destination sans coup férir.. Quant à l'équation de surunité: elle englobe forcément Navier-Stokes.

Les allées de Karmann, avec leurs doubles noeuds implosifs (centripètes) sont une réplique -en mouvement accéléré et itératif- du fonctionnement d'un ras-de-marée: là où une action d'effondrement entraîne une réaction de surélévation. Les 2 zones vertes ci-dessus sont des mires.

La perception de 2 mires futures en "reconnaissance attractive" est particulièrement évidente dans une Karmann street.

De l'abstraction de la masse à la composante T4

1. La masse est une abstraction, à la base

Rappel: nous nous sommes focalisés jusqu'ici sur le fait que l'équation de surunité est une égalité qui crée un débit; c'est prouvé par exemple dans l'histoire de Moïse et des Israëlites, mais il y a moyen d'utiliser un autre chemin, car un débit représente l'apparition constante d'une masse à l'attention d'un observateur. Or, selon la

Création de la masse

logique, la plus simple expression d'un débit est l'apparition d'une quantité de masse finie en fonction d'un contenant spécifiquement limité.

Une masse apparaît dans un milieu de création quand ce milieu est pris en charge par la synchronisation (acoustique) des mires. La conductance carrée est due aux 2 sens qu'emprunte l'impédance acoustique  entre les 2 mires, quand elles sont situées dans le futur (voir ci-dessous la composante T4 !)

Pour commencer, rappellons que a masse est définie en volume parce que, moyennant un indice variable sans dimension, elle est un volume d'éther replié localement sur lui-même.     

Rubicube à 9 facettes par face

Le champ de Navier-Stokes est un champ de traîne qui se définit par une accélération sur chaque point de l'espace qui le constitue; ce que les physiciens qui utilisent cette équation ne spécifient pas, c'est que cette accélération est soit due à un mouvement centripète, soit centrifuge; il se pourrait même que toute "traînée (comme celle de Karmann)' soit uniquement centripète, mais pour mieux le décrire il faut trouver son attracteur principal.. A suivre pas à pas.

Comme mon copain le décrit magistralement, le champ de Navier-Stokes est comparable à un cube de Rubic (à m faces.. et à n facettes, chaque point considéré présentant une facette orientée sur le centre). Le cube de Rubic possède un centre comparable exactement à un attracteur.

2. La composante T4   

Pour ceux qui m'ont suivi jusqu'ici, j'ai souvent souligné que toute existence dans la 4 ième dimension était due au double sens, à l'intérieur d'une réalité objective, de 2 impédances acoustiques. Or le carré de l'impédance acoustique  se calcule en v², soit des m²/sec² ... Et pourtant ci-dessus nous parlons d'un trajet dans l'espace-temps de ces impédances en m². sec²  . Voilà qui est troublant, car la division entre les deux grandeurs forme une composante en sec4 , soit du temps4, ou T4 !     

Les mires sont des images/dampers constituées uniquement de temps², et non d'espace² comme nous le pensions au départ.

Nous avons tant cherché après cette composante, pour remplacer r4 dans l'équation de Poiseuille pour en fabriquer une autre équation (l'équation de surunité), que voilà qu'elle se présente à nous juste au tournant du chemin..  

Equation des mires

3. Position de Navier-Stokes face au principe d'équivalence

Revenons au champ de traîne: pour commencer à mieux situer l'attracteur de Navier-Stokes, il faut faire dériver* ce champ d'accélération du principe d'équivalence et de celui des 2 mires synchronisées.

Essayons d'abord de répondre à cette question: "Le système océan est-il influencé par le passage d'1 sous-marin entre ses eaux ?" 

Le principe d'équivalence est la plus simple expression de la conservation de l'énergie totale d'un système et le voici: "En valeur absolue et sans considération d'interaction, quelle que soit l'énergie mécanique entrante d'un véhicule en mouvement apportée à un système de fluide sous pression, cette énergie mécanique n'affecte et ne change pas la pression ou la densité d'énergie de ce système". 

Prenons l'exemple de cet engin extra-terrestre plongeant dans l'eau en 1971 devant un sous-marin de l'Us Navy: il fait passer l'eau qui se trouve devant lui, à l'arrière, pour la remplacer, (à la molécule près !). Rien n'a bougé, au final, ni au niveau local, ni dans tout le système. Voilà pourquoi une gerbe d'eau passe autour de lui.

Cet engin a "bien voulu" se montrer en train d'appliquer le principe d'équivalence à la lettre; mais en fait il peut évoluer dans le champ de Navier-Stokes (qui est notre monde en 3D) puis ensuite passer dans l'alignement des mires du futur sur son propre appareil; à ce moment-là, il nous est complètement invisible et inatteignable. 

Au sujet des allées de Karmann et des mires, nous allons prendre l'exemple d'un projet de ce sous-marin en cours de réalisation..

Sous-marin futur

Ce projet de vaisseau est intéressant parce qu'il interpète de façon mécanique en 3D une difficulté qui n'a pas échappé au lecteur de ces lignes: quelle que soit la destination d'un véhicule et le milieu dans lequel il évolue, il lui faut offrir le moins de résistance possible au débit de remplacement. 

Et puis surtout, en fonction du principe d'équivalence, il n'est lui-même qu'un débit en sens contraire du débit dont on vient de parler ! 

Or, les traînes de Navier-Stokes n'existent qu'à cause de la réalité de l'inertie d'un véhicule et des mouvements réactifs du milieu sur sa propre forme. Et si ces deux catégories de considérations n'en faisaient qu'une seule.. Voilà pourquoi il nous faut revenir à l'attracteur qui gère ces traînes.

Une extension du principe d'équivalence indique même qu'il est impossible à un système intermittent, entrant et sortant d'un milieu liquide, d'augmenter l'énergie de ce milieu, puisque ce qui est soulevé devant (la proue d'un bateau, par exemple) est un creux à l'arrière (de la poupe de ce même bateau). Ainsi un objet utilisant strictement ce principe peut traverser les océans, ou quoi que ce soit ayant un minimum de fluidité, sans subir ni faire subir aucun dommage.. (Lire "le triangle des perturbations", de Andres alfaya, commandant sous Fidel Castro).

A suivre..

*dériver: à comprendre en langage français littéraire uniquement.

 

Mercredi 12 mai 2021

Ce matin, un personnage de la Fraternité Blanche Universelle est venu me montrer en rêve le fonctionnement d'un point extrêmement petit qui peut coulisser à vive allure dans un disque beaucoup, beaucoup plus grand que lui. Il ne m'a pas fallu longtemps au réveil pour comprendre que ce point est l'élément qui me manquait dans la représentation du diaphragme.

Message de la fraternité blanche universelle

A cet endroit très particulier, à l'intérieur du corps humain et dans chaque objet, peut se détacher une toute petite partie encore mystérieuse qui, si elle se met à coulisser, entraîne de vastes conséquences sur la matérialité du corps ou de l'objet.

Schéma de la fonction du diaphragme sur le corps humain

Cela correspond très bien au modèle du double sens des impédances acoustiques qui traversent l'objet "libérant son rotor" dans le diaphragme. Il faut donc corriger le schéma précédent pour inverser la direction du diaphragme.

Les ingénieurs qui ont créé le convertisseur de couplage ont très bien travaillé, semble-t-il ..

L'attracteur agit sur la zone de coulissage entre le rotor et le stator.

Rappel: reprenons ce que le sous-marin et son milieu aquatique représentent en langage des Immortels:

1. "Le sous-marin est une masse qui se comporte comme un débit qui remplace l'eau".. Conclusion: il est un "contenu" permanent.

2. " L'eau file vers l'arrière pour se faire remplacer, mais entoure le vaisseau continuellement.. Conclusion: elle est un "contenant" permanent. 

A l'intérieur du contenu et du contenant se loge pour chacun une "mire" qui, si elle entre en résonance avec sa réplique exacte et opposée, fait entrer l'appareil dans une autre vibration universelle. Une vibration acoustique qui relève des mondes décrit dans les légendes, et qui relève aussi des fantastiques prouesses des objets volants non-identifiés.. quand l'inertie pour ces engins n'existe plus.

 

 

Question posée sur Futura-Sciences le 21 05 2021

Bonjour,
 

Table d'harmonie d'une guitare Daniel Friederich

L'on peut voir dans certains films la cascade d'une voiture en fuite qui, pour échapper à ses poursuivants, entre dans la caisse d'un camion par la porte arrière .. alors que celui-ci est lui aussi en train de rouler. La question que je pose est: "si le camion est très très long, et qu'il roule sur le tarmac à 60 km/h et la voiture à 65 km/h, quel sera le choc sur les roues de la voiture, puis sur ses essieux et même sur son moteur quand la voiture va toucher le sol du camion, avant même qu'elle ne freine pour les 5 km/heures de différence ? - Rappel: le plancher du camion fait 60 km/heure de plus que le tarmac sous la voiture, tarmac qu'elle quitte en une fraction de seconde.

Dans cette histoire, quel est le référentiel qu'il faut considérer comme plus important: celui du camion, de la voiture ou celui des roues de la voiture ?

 

Revenons à l'attracteur censé gérer Navier-Stokes: cette équation est "tombée" à point nommé dans la composition analytique des traînées et donc au final de l'entropie.

Pour rappel, notre monde en 3D est soumis à l'entropie; le monde en 4D est lui soumis à la néguentropie, ou encore appellée: surunité.

Donc Navier-Stokes (N.S.) se présente comme une accélération qui construit la dimension en 3D de la masse dans un milieu fluide; cette façon de voir les choses peut être rebutante pour le lecteur, car il s'attend plutôt à ce que ce soit la masse et son fluide ambiant existent antérieurement à toute forme d'acélération.

Mais nous l'avons dit plus haut: l'inertie d'un objet exerce une influence non négligeable sur les allées de Karmann, qui sont un exemple de N.S..

Navier-Stokes

A l'intérieur de N.S., nous avons donc une accélération en m1 / sec2 .. Or l'impédance acoustique définie en m1 /sec1 exerce une attraction si formidable sur les traînes qu'elle est à coup sûr l'attracteur recherché par nous. cela signifierait que l'impédance serait présente 3 x dans l'équation des mires (impédance cube) si nous redivisions N.S par l'impédance. Mais peu importe de quoi est faite cette vitesse pour l'instant. Quelque chose d'intéressant se présente à nous: diviser une accélération par une vitesse donne une résistivité en 1/sec. Cette résistivité est composée donc du temps de la rotation des spins des particules non alignés sur le monde miroir de la 4 ième dimension .

De plus, je pense qu'il manque une dimension d'espace à N.S. et qu'elle devrait donc exister en m²/sec², pour être une pression active et non une résistance passive en m/sec² . Or si nous comptions sur cette pression, nous obtiendrons une masse en 4D plutôt qu'en 3D de l'autre côté de l'équation des mires .. comme c'est intéressant, n'est-ce pas ?

He oui, sur l'image de droite l'on peut voir que le monde de la 4D est non seulement le créateur, mais aussi le miroir plus que parfait de la 3D . En se réalignant (comme le spin de couleur violette ci-dessus), la résistivité des cercles du temps 3D rotatif disparaît au profit de l'alignement des axes et l'on retrouve alors de l'espace (des mètres) ainsi qu'une pression existentielle incommensurable. Cette pression est consciente d'elle-même.

Le mur vers la 4 ième dimension.

Table d'harmonie d'un piano Berchstein

Ce mur de domaine n'existe en fait que dans la 3D ; le nom de mur de "Joukovski" est attribué en hommage à cet ingénieur russe qui a pu expliquer la réalité des coups de bêlier destructeurs à l'intérieur des canalisations, quand un débit se retrouve brusquement face au mur de la "fermeture"de vanne.

Ce que le public ignore, c'est que ce mur nest pas seulement lié à la perception de la 4D; pour accéder dans cette dimension il faut aligner l'axe de spin de toutes les particules d'un corps ou objet de la 3D dans une seule direction. A ce moment-là, la masse devient translucide et franchit l'obstacle, elle est légère et plus libre que l'air et redevient ce vieux concept de "quantité de matière".

La totalité d'un peigne forme la table d'harmonie d'une boîte à musique.

Il existe une sorte d' exemple d'alignement d'axe des spins, en acoustique: c'est la table d'harmonie - celle d'une boîte à musique, par exemple - . On l'appelle "le peigne" et les "goupilles" du cylindre viennent soulever les "dents" de ce peigne pour créer une mélodie.

Ces objets m'ont toujours sidéré par la précision de chaque goupille frappant SA lamelle (voir la correspondance avec les 2 spins violets dans l'image ci-dessus).

Mais que se passe-t-il au niveau de la quatrième paire de l'octave ? Que veulent-ils me dire ? Faut-il qu'une lamelle soit activée sur un "si" pendant que sa correpondance soit activée sur un "do" ? Ou l'inverse ? ... Pour équilibrer les impédances acoustiques, entre l'objet et UNE lamelle, entre l'infini et Un point, entre un ensemble et UN élément.

Cela nécessite une certaine mise au point technique, à fabriquer un système "lamelle vs lamelle".

Du nouveau sur les vibrations sismiques !

Phase 1 de l'expérience à faible vitesse

Une vidéo sur la reproduction des séismes en laboratoire a été postée sur youtube. Il s'agit de celle-ci: https://www.youtube.com/watch?v=5JW_QPtyJsA  ... Dont voici 2 images arrêtées : une table fait un va et vient (de gauche à droite et inversément) sous 2 constructions faites d'un même matériau, mais différentes en taille.. Selon l'accélération progressive de la vitesse vibratoire, c'est successivement une structure qui se plie, puis l'autre.

Cette vidéo est superbement intéressante, elle montre que ce n'est pas la souplesse des matériaux à laquelle il faut s'intéresser. Mais bien qu'à certaines vitesses de va-et-vient du tablier, les constructions retrouvent leurs propres "compensations" aux vibrations elles-mêmes et se redressent.. par l'intermédiaire de vibrations soit plus élevées, soit compensatoires !!.

Mais surtout: ces vibrations élevées (surtout compensatoires!) ne peuvent venir qu'en "répliques" à partir du haut de la construction.

Phase 2 de l'expérience à + grande vitesse

Et c'est une découverte car jusqu'à présent, pour faire face aux secousses sismiques (et à bien d'autres choses plus accessibles), on a eu recours à des procédés mécaniques, superbes comme la boule amortisseur de la tour 101 de Tap Pei à Tai Wan, mais il fallait s'intéresser surtout au processus d'amortissement lui-même.
Donc sur ces 2 images de l'expérience, la première montre la grande tour se fracassant sur la petite, cela étant dû à un mouvement du tablier, qui fait se tordre la grande tour. Mais sur la seconde image, l'on voit qu'à une vitesse plus élevée, la grande tour trouve une "compensation" aux vibrations (elle redevient droite), alors que c'est la petite qui commence  à osciller dangereusement.

Les conséquences à tirer sont incalculables..

Onde stationnaire sortant d'un robinet

On peut d'ores et déjà affirmer qu'au-delà des apparences, le haut et le bas de n'importe quelle construction sont absolument statiques, et que c'est à l'intérieur d'elle-même qu'une construction peut chercher à compenser les vibrations entrantes externes en les reflétant à partir du haut sur le bas, et inversément sur une boucle sans fin..

Mais la question des compensations n'est pas encore tranchée de façon optimale; c'est la prochaine étape des découvertes que nous faisons ici .. ou des redécouvertes.

Mais revenons à nos constructions: à les regarder se tordre, on se demande pourquoi une onde statique de même force mais de sens opposé n'ondulerait pas de chaque côté d'un bâtiment pour compenser les forces latérales: noeud contre noeud, ventre contre ventre.

Une onde stationnaire peut être créée de part et d'autre d'une construction pour annuler latéralement les vibrations, comme sur ce schéma d'une onde stationnaire sortant d'un robinet. Il faut donc imaginer cette onde en verticalité parfaite, avec un immeuble dessiné à l'intérieur.

La boule amortissseur de la tour 101 de Tai-Pei donnait l'illusion de sa propre importance, à cause de sa masse, de sa beauté, etc. Mais sa présence a été tout de même nécessaire pour se rendre compte qu'il existe une partie "libre" ou "molle"  l'intérieur d'un corps qui, en agissant, peut transférer et refléter une vibration entrante.

coupe du monde de ping pong, chine

Reprenons sous un autre angle: toute construction possède une longueur tracée entre deux points; l'espace compris ces 2 points est dit inertiel, parce qu'il accuse des retards dans le transfert des ondes sismiques et autres. Mais il existe une façon de gérer cet espace et surtout ses retards pour qu'il cesse d'être inertiel: quand chaque partie redevient le centre de tout le reste.. C'est ce qui arrive aux adeptes du Taï chi chuan avec leur corps.

Pour l'instant donc, nous avons découvert que le haut et le bas d'un bâtiment sont des réflecteurs statiques en tout temps, des mires l'un pour l'autre, des miroirs qui se "renvoient la balle" exactement comme le font deux joueurs de ping-pong en plein match, avec leurs raquettes.

Les physiciens, faisant des calculs permanents, croient bon de déterminer la différence entre l'énergie entrante et lénergie ressortant du bâtiment sous le séisme.. Mais prenons un expmle  qui aura plutôt l'apparence de compliquer les choses: un pratiquant la lutte (wrestling, en anglais) tombe parfois sur un autre individu en se lançant depuis les cordes du ring à 3 mètres de haut.. et retombe parfois sur le sol.. en se cassant la figure ? Pas du tout, simplement il ne souffre pas du choc parce qu'il "frappe le sol" de sa main.

Ce lutteur ne se soucie pas de l'énergie entrante et sortante, il sait exactement comment compenser et/ou transférer l'onde de choc: quand il tombe au sol, il ne laisse pas l'onde de choc lui briser les os, quelque part sur sa longueur spatiale, depuis le sommet de la tête jusqu'au bout des pieds; cette onde ressort ou "est compensée" par la main qui frappe brusquement (impaction).

 

 

 

A suivre, article en construction

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean-Louis Tiberghien
  • : Le blog de ceux qui veulent s'éveiller par un retour dans la 4ième dimension
  • Contact

Profil

  • Jean-Louis Tiberghien
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation
  • Jean-Louis, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog feydharkonnen" title="Paperblog : Les meilleurs articles issus des blogs" >  <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog" />
   </a>

Recherche

Pages

Catégories

Liens