Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 09:43

Bonjour à tous !



La mécanique des cordes cosmiques décrit l'ordre récurrent des astres noirs (trous noirs, pour les scientifiques) dans l'Univers.
Il est plus juste d'appeller chacun de ces objets: soleil central galactique ou intergalactique (pour les amas de galaxies); mais comme ils sont encore invisible à nos yeux,  nous continuerons à parler d'astres noirs.

Voici des explications, des photos et des images de synthèse réalisées pour démontrer la réalité d'un principe de tenségrité qui prédomine dans toute l'immensité du cosmos.

Ces soleils sont immenses, contrairement à l'avis des scientifiques du 20ième siècle, parce que ces derniers, dans leurs calculs, ont négligé l'influence des forces de répulsion véhiculées par les Cordes.

Note: la tenségrité est la recherche architecturale du meilleur rapport entre les forces de cohésion d'un système, pris isolément, et l'empilement des masses à l'intérieur de ce système, dans l'objectif de la stabilité et de la viabilité de ce système.

EXPLICATION PRELIMINAIRE

Nous voyons ci-dessus une corde sortant par l'équateur d'un astre noir gigantesque . Cette corde quitte l'équateur et repart, en épaisseur nettement moins importante, vers un autre astre noir plus petit.

A son tour, ce soleil plus "petit" fait entrer la corde par son pôle (nord), et en fait repartir une autre, beaucoup plus petite à partir de son propre équateur vers un autre soleil noir

Tout ce système est en rotation paradoxale dans tous les ordres de grandeur.

Voici, au niveau de la planète Terre, une fantastique image d'une corde cosmique, venant du Soleil, et entrant au niveau du pôle Nord, dans le champ magnétique terrestre: le phénomène des connexions des cordes aux astres est encore du domaine de l'étrange.

Quelle contemplation!

corde solaire A cartoon of a hot flow anomaly observed by T

Ci-dessus: mécanique des cordes: Corde gigantesque touchant la magnétosphère terrestre!

Vassilis Angelopoulos, de l'UCLA, dirigeant la mission THEMIS au début 2007, a été fou de joie de contempler un tel phénomène!    Il a dit: "Powerful substorms, giant magnetic ropes, explosions that stop the solar wind in its tracks: we have much more to learn about these things; I can't wait to see what comes next"

Comment localiser notre système solaire dans la mécanique des cordes, système dont le Soleil est représenté comme le plus petit cercle dans le dessin du haut de cette page ?

Patience, car c'est l'étoile polaire qui doit être relocalisée correctement, en premier lieu.

Le phénomène des lentilles gravitationnelles "offre" la perception d'amener l'image des étoiles brillantes qui se trouvent derrière, devant elles.
C'est ainsi que Polaris, l'Etoile Polaire, est beaucoup plus éloignée de notre système solaire qu'il n'y paraît, car elle se situe àl'arrière d'une lentille gravitationnelle, un astre invisible (trou noir), un soleil immense, situé entre nous et cette étoile.

Nous en reparlerons sur le développement d'une nouvelle théorie sur la Précession des Equinoxes.

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, 18 02 2010, j'ai le bonheur de vous confier une image d'artiste (studio Marceline Breways: click here, cliquez ici) représentant une vue spatiale de l'Ordre des Soleils Noirs (invisibles, mais bien réels) réalisée en simulation numérique.


les-soleils3.jpg


Ci-dessus: l'ordre des "central suns", soleils centraux des galaxies et d'amas de galaxies, et d'amas d'amas de galaxies (ordre récurrent infini) .
L'astre de gauche (de où proviennent les cordes au niveau de son équateur, vers les pôles nord des 2 autres) est en en réalité 8.280 000 fois plus grand que chacun des 2 astres moyens de droite.

 


Beaucoup de scientifiques diront que la mécanique des cordes cosmiques n'a pas de réalité, parce qu'ils ne les ont pas observées, et que très peu d'interaction avec leur environnement a été détectée; cependant, avant la mission THEMIS de la NASA, en 2007, ils n'avaient pas observé non plus les cordes magnétiques et leurs propres structures tubulaires (voir image plus haut) qui frappent occasionnellement la Terre. Parle-t-on de la même chose? C'est à vérifier.



Mais il es t certain que la nouvelle théorie des cordes interstellaires, dont l'une aboutit finalement à notre planète, proposera tôt ou tard une représentation unique de la nature d'une corde, entre la gravitation (qui est audépart répulsive) et les forces magnétiques.


Une correction sera effectuée: les cordes se superposent à l'équateur du grand astre et non à un pôle, comme nous semblons le constater.

 

 

 

 

 

 

 

 


Ci-dessous, des images nouvelles d'un aspect spectaculaire de cette théorie: 2 soleils invisibles (trous noirs) supermassifs de même grandeur s'approchent l'un de l'autre: ils ont chacun dans leur orbite proche un autre astre beaucoup plus petit, autour duquel tourne aussi des systèmes solaires...Les 2 orbites vont se rencontrer, ainsi que les 2 soleils centraux. Les systèmes soalires vont se mélanger ultérieurement...



Mechanics of the cosmic chords Awaiting the clash of wor


Vous pouvez observer que les 2 trous noirs supermassifs ont chacun un double vortex entrant par une corde dans leur pôle nord respectif. Ici , les 2 pôles nords sont en opposition, -et ce fait est une part de la dynamique des cordes cosmiques que nous étudierons plus tard.



Aujourd'hui, grâce au site d'Alterinfo (cliquez ici), très versé dans la théorie de l'Univers électrique, nous sommes amenés à parler de l'objet de Hoag

L'objet de Hoag est une "galaxie particulière"  appelée  NGC  1097 et découvert par Art Hoag en 1950, située dans la constellation du Serpent. Il fait 120 000 années - lumières de largeur.

Hoag-s-object.jpg


Ci-dessus, l'objet de Hoag en lumière visible: remarquez l'incroyable Soleil qui brille en son centre: il s'agit du premier centre visible d'un "trou noir"; sa taille est de l'ordre de 8 280 000 masses solaires...à la puissance 2   !



Ci-dessous, le même "objet", au-delà du spectre EM du visible, montre les cordes qui relient sa périphérie éqautoriale aux pôles de soleils noirs bien plus petits

 



C'est une fabuleuse perspective, un gros plan sur le phénomène cosmique récurrent de la mécanique des cordes

Dense-Plasma-Focus-Penumbra.jpg


Cette photo de l'objet de Hoag faîte avec une plaque sensible aux rayons X, révèle que les cordes sont photographiables avec la fréquence X électromagnétique.


Remarquez sur cette image le cercle intérieur nettement dessiné, avec à l'intérieur un vide, quasi aussi vide que l'espace qui entoure cet objet! Cela signifie que toute son incroyable quantité de masse se trouve entre sa périphérie (là où naissent les cordes, au second cercle intérieur) et le bord très éclairé de son centre; à l'intérieur semblent flotter en dégravitation d'autres corps singuliers...ne nous fions pas à leur apparence: leur taille dépasse notre entendement,  et leur nature, inconnue, semble stellaire également..

 

. Ces soleils noirs sont au nombre de 91, dans notre théorie, et non 56, comme l'indiquent les points ronds sur l'image.

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous l'image de la sortie d'un canon à plasma, lors d'expériences déjà réalisées dans les années 50 -dans la cadre des théories sur l'Univers électrique- . Et plus bas, le canon lui-même.

 

http://www.holoscience.com/news/img/focus_barrel.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Remarquez que cette démonstration est obtenue par une décharge électrique entre 2 pôles (production de courants de Birkeland): l'un au centre de l'appareil et l'autre sur l'extérieur, comme dans la N-machine de Bruce de Palma 

 


 


http://www.holoscience.com/news/img/plasma_focus.jpg

 

  Cela signifie que la création de tels objets est reproductible sur Terre, et depuis longtemps déjà; de plus, l'argent que dépense l'état français pour Iter à Cadarrache est un sommet d'inutilité et d'intoxication politico-scientifique: les réactions de fusion sont déjà obtenues sur de tels appareils depuis bientôt 60 ans.

La théorie des courants électriques dans l'univers n'admet pas seulement la gravité comme seule responsable des grans effets universels

Allez sur Alterinfo.net

 

 

 

 

 

 

 

 
Voici la partie la plus "technique" de la mécanique des cordes cosmiques. Voici la succession ou l'ordre fractal des Soleils centraux des galaxies.


Mechanics-of-the-chords--fractal-order--of-succession-also-.jpg



Sequence fractale des "trous noirs" ou soleils centraux des galaxies. graphisme spatial par Marceline Breways, artiste


Notre Soleil est le tout petit point rouge en haut à droite de ce graphisme.


Quelques calculs sont nécessaires pour vous parler de cette succession d'une remarquable simplicité, dès que l'on s'est penché sur les calculs
"Regardez le plus grand Soleil sur cette image. Autour de lui, sur son plan de rotation, un seul soleil est représenté. En fait, il tourne avec 90 autres soleils de même dimension, qui ne sont pas représentés.

Autour de ce deuxième soleil, sur un plan de giration perpendiculaire, tourne un troisième soleil , de nouveau beaucoup plus petit,  avec 90 autres astres de même grandeur que l'on ne voit pas sur cette image.

Autour de ce troisième soleil, sur un plan de giration  de nouveau perpendiculaire, tourne un quatrième soleil...avec 90 autres astres de même grandeur, que l'on ne voit pas sur cette image, et cela se reproduit indéfiniment, pour arriver jusqu'à l'étoile qui éclaire notre planète...




 

 

   

galxie pixels bons courants de marée traversant notre gala

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les courants de marée ou anciens courants d'étoiles, traversant notre Galaxie, du site futura-sciences, théorie de Carl Grillmair, astronome du Caltech.

Grillmair reste perplexe sur ses propres explications quant à l'origine de ces courants.

 

 

 

 

 

 

 





galaxie Carthwheel NASA


A droite sur cette photo, la galaxie de la Roue de Chariot (Cartwheel galaxy) dans la constellation du Sculpteur est un exemple intéressant de radiographie en X, combinée avec d'autres sources de rayonnement.

Nous avons ici une vue faciale des cordes, avec leur logique tenségritive sur laquelle nous revenons ci-dessous: la percolation universelle .


(Cette image combine des données de différents observatoires: Chandra pour les X/code violet, le satellite galaxy/evolution/explorer pour les Uv/code bleu, le téléscope spatial Hubble pour les visibles/code vert et le télescope spatial spitzer pour les infrarouges/code rouge. Les "codes" sont des couleurs artificielles choisies pour représenter les sources de rayonnements
Les photos NASA sont du domaine public.)


 

 

 

La percolation universelle 

 

Il est possible de désigner la dynamique des cordes comme étant une "percolation universelle".

 

Mettons-nous tout de suite au courant de l'une des dernières actualités spatiales: voici ce qu'on peut lire dans "Ca m'intéresse", revue francophone parue en ce mois d'avril 2010, et illustré par cette image de Saturne.

 

revue-ca-m-interesse-avril-2010-001-copie-1.jpg

 

Voici le court article, dont un détail porte à conséquence...

 

              """"  Le spectacle d'une double aurore polaire sur la grande planète gazeuse n'est observable que tous les 15 ans, soit à 2 reprises au cours de sa rotation complète autour du Soleil. Ce phénomène lumineux de ionisation, causé par des vents solaires de plus de 60 000 km/s, est bien connu sur Terre (les aurores boréales). Grâce aux images du télescope spatial Hubble depuis janvier, les astronomes ont pu comparer l'intensité du champ magnétique aux 2 pôles de Saturne: elle est plus puissante au Nord.   """"


                        Extrait de la revue "Ca m'intéresse", avril 2010

 

 

..... : " l'intensité du champ magnétique de la 6 ième planète est plus puissante au Nord de Saturne qu'au sud".

 

Nous savions déjà au départ que l'intensité de l'énergie éthérique venant des cordes est plus puissante en entrant par le Nord (magn.) de quelque astre que ce soit, qu'en sortant par le Sud. Donc la grandeur d'un champ magnétique local témoigne raisonnablement de la grandeur de la pression éthérique locale au Nord ou au Sud d'un astre, et globalement et à la base, de la différence de pression d'éther (ddp E) entre eux.

 

 

Un plongeur entouré d'un vrai procédé de percolation peut se promener à l'aise au fond des abysses.

Repartons maintenant vers la percolation de l'énergie éthérique, venant des cordes, à travers une planète  majestueuse : Saturne.

Pour découvrir de grandes vérités sur les astres, nous aurons besoin de télecopes ajustés avec des filtres à vibrations: les mires temporelles

 

 

 

 

livres-la-vie-des-maitres---------------------spalding_lvdm.jpgCi-dessous: extrait de "La vie des Maîtres" de Spalding aux Editions Robert Laffont 1972.

 

La mécanique des cordes, sur ce blog, est grandement inspirée des chapitres de ce livre traitant de cosmologie et même de cosmogonie, celle que je nomme souvent "la théorie indienne de l'ordre des soleils dans l'Univers"

 

Devant des explorateurs américains, en visite en 1895 en Inde et en chine pour trouver l'origine des religions, sont "projetées" - peut-être à l'intérieur d'une grotte- par des êtres sur-humains (Les fils du Halo, les Elohim),  des visions qui montrent à ces explorateurs l'origine du cosmos, des galaxies, du système solaire, des planètes, et même la migration de satellites comme la Lune.

 

 

Des références au Créateur sont faîtes par ces Immortels, 'à l'Esprit, à l'Ether (substance universelle, pure lumière blanche), etc.


Chander Sen (un Immortel) dit aux explorateurs:     page 303  de "La vie des maîtres" de Splading, aux editions Robert Laffont 1973.

 

             " Permettez-moi une courte digression. Vous voyez le soleil de notre univers briller dans toute son éblouissante splendeur. Tandis que l'horizon recule progressivement et découvre à nos yeux un jour nouveau, nous voyons naître une nouvelle époque, une nouvelle Pâque.

Ce que nous appelons notre univers et qui tourne autour de ce soleil n'est que l'un des 91 univers semblables et qui tournent autour du grand soleil central.

La masse de ce soleil est 91 000 fois plus grande que la masse combinée des 91 univers. Il est si colossal que chacun des 91 univers qui tournent autour de lui est aussi petit en comparaison de lui que les infimes particules d'un atome qui tourne autour de son soleil central que vous appelez noyau.

Notre univers met plus d 26 800 ans à parcourir une fois son orbite autour du gran soleil central. Il se meut en relation mathématique exacte avec une précession complète de l'Etolie Polaire. Ets-il possible de douter qu'un grand pouvoir divin et positif commande à tout cela ? Mais retournons à nos observations.

 

                Regardez de près: une image se forme et vous voyez le globe blanc du soleil. Une tâche rouge s'y forme. Regardez de plus près, et vous verrez qu'un minuscule éclat de pure lumière blanche a jailli de la tâche rouge. Ce n'est pas un rayon de lumière, c'est un point mouvant de lumière pure, une étincelle de vie, émise et incluse dans ce qui doît naître. Ce n'est pour vous qu'un infime point de lumière. Pourtant il est immense pour ceux qui peuvent le regarder de près. Il vous paraît étrange. D'ici peu vous disposerez d'un instrument qui servira d'auxiliaire à vos yeux pour voir toutes ces choses, et qui révèlera beaucoup d'autres merveilles à l'umanité.

 

                 Pendant des milliers d'âges, le grand soleil central a attiré vers lui les pulsations harmonieuses des émanations d'énergie obligées de se répandre ou d'exploser.

Observez qu'une grande masse nébuleuse et gazeuse s'est détachée du sleil par explosion. C'est l'image de la naissance de la planète Neptune, qui n'est encore qu'un grand ensemble de particules microscopiques ou atomes, éjecté avec puissance du soleil générateur.

Le point lumineux apparu avant l'explosion finale est un centre solaire qui possède à son tour le pouvoir d'attirer à lui les particules les plus infimes et d'en maintenir la cohésion en même temps que celle des particules plus grosses issues du soleil générateur.

 

                                                                                                            page 304 de "La Vie des maîtres" de Spalding

 

Fin de l'extrait

 

 


 

 

Ci-dessous: cette tablette mésopotamienne d'argile montre un vaisseau avec ses occupants, une "solgalaxie" c'est à dire une galaxie de soleils disposés autour d'un soleil plus gros (à droite du vaisseau), puis les Pléiades, en haut à droite.

L'on y voit un Humain-insecte au milieu et un dignitaire de type sumérien à gauche

La porte centrale est probablement un portail de téléportation vers le vaisseau, car les deux personnages semblent s'inviter mutuellement à y entrer.

 

 cordes-Sceau-mesopotamien-montrant-un-amphibien-Abgal-aupr.jpg

 

 

                                Lien vers l'origine de cette image

 

Autre document mésopotamien ci-dessous: on y voit un étrange personnage avec une sorte de "fusée" au bas de la tunique, et des étoiles en cercle soit brillantes, soit rondes (astres noirs ? astres cachés ?) . Ce Sumérien semble tenir une étoile ronde dans une fronde; son "chapeau" laisse penser qu'il s'agit d'un mage.

 


 

 

 

 

 

 


 

                        Pour illustrer l'existence des galaxies de soleils (solgalaxies) avec du matériel plus moderne, en voici quelques unes dans la Boucle du Cygne

 

    GALAXIE-SUPERNOVA-DU-cygne----------------------25laboucled.jpg

 

   Ci-dessus: La Boucle du Cygne....Cette supernova a allumé pour des années des galaxies de soleil, un peu partout autour d'elle.

On le voit nettement dans ces détails de l'image, agrandis ci-dessous

 

   

GALAXIE-SUPERNOVA-DU-cygne----------------------25-copie-2.jpg

GALAXIE SUPERNOVA DU cygne 25-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


                                           Cette photo, réalisée par la caméra WF/PCI de Hubble, montre ce qui reste de la gigantesque supernova, à 2600 années-lumières. La Boucle du Cygne fait  3° de large, soit 6 fois la pleine Lune. Née il y a environ 15 000 ans, l'onde de choc a été ralentie par le milieu interstellaire et se déplace aujourd'hui à la vitesse de 100 km/sec.


Cette image a été assemblée à partir d'images en 3 couleurs, correspondant chacune au rayonnement d'un type d'atomes. Le bleu correspond à de l'oxygène, le rouge  a du souffre et

le jaune a l'hydrogène, présente dans toute l'onde de choc.

 

 

 

 

 

Il est certainement opportun de parler de Paul Otto Hesse, et de sa théorie sur Alcyone, une étoile autour de laquelle notre Soleil tournerait pendant une durée de 24 000 ans, en même temps que 6 étoiles des Pléiades (et leur système planétaire).

Le plus curieux, c'est que Alcyone serait pour Otto Hesse entourée d'un anneau, dont la structure serait perpendiculaire à la trajectoire de notre Soleil. Donc celui-ci rencontrerait l'anneau tous les 12 000 ans, de part et d'autre de son orbite.alcyone--et-ses-cordes-jusqu-aux-pleiades-----cinturonfoton.jpg

La particularité de la rencontre entre notre Soleil et l'anneau d'Alcyone, c'est que sa traversée durerait 2 000 ans, et qu'elle saturerait l'espace interplanétaire d'un équilibre quantitatif d'électrons et de leurs antiparticules, les positrons...

 


 

Ci-contre, Alcyone au milieu des cordes qui le relie notamment à sept étoiles: 6 sont des Pléiades, le septième est notre Soleil.

 

 

 

 

 

 

 

 

constellation-des-pleiades-pleiadele.jpg

 

 

La constellation des Pleiades, les sept petites soeurs, située au point astronomique de l'équinoxe vernal, déjà citée dans les annales chinoises il y a 2350 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jean louis Tiberghien  / feyd harkonnen


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Feyd Harkonnen
  • Le blog de Feyd Harkonnen
  • : Le blog de ceux qui veulent s'éveiller par un retour dans la 4ième dimension
  • Contact

Profil

  • Feyd Harkonnen
  • Soliris, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation
  • Soliris, passionné par les arcanes de la perception, la connaissance du point d'assemblage, les mondes de l'intérieur de la Terre et l'astronavigation

Texte Libre

<a href="http://www.paperblog.fr/" rel="paperblog feydharkonnen" title="Paperblog : Les meilleurs articles issus des blogs" >  <img src="http://media.paperblog.fr/assets/images/logos/minilogo.png" border="0" alt="Paperblog" />
   </a>

Recherche

Pages

Catégories

Liens